Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
NTIC
Article




  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

 Petites Annonces avec Annonces.ci  




NTIC

Logiciels piratés et cybercriminalité : le rapport qui interpelle tous les utilisateurs
Publié le mercredi 19 mars 2014  |  tchnorama


Ntic
© Autre presse par DR
Ntic - Image d`illustration.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier



TIC

Une nouvelle étude démontre les liens entre le piratage de logiciels et les programmes malveillants. Et indique le prix à payer. Près 175 500 milliards CFA, c’est coût annuel de la cybercriminalité.
Ce 19 mars 2014, Microsoft rend publique les résultats d’une étude conjointe menée par l’IDC et l’Université de Singapour qui établit un lien étroit en logiciels piratés et la cybercriminalité. Cette journée de sensibilisation s’inscrit dans le cadre de la campagne, « Play It Safe » qui vise à faire prendre conscience du lien entre piratage de logiciels et virus malveillants.
D’après cette étude en effet, les entreprises vont devoir dépenser à l’échelle mondiale près de 500 milliards de dollars en 2014 pour faire face aux problèmes causés par les programmes malveillants volontairement introduits dans les logiciels piratés, 127 milliards pour les problèmes de sécurité et 364 milliards pour le piratage de données. Par ailleurs, les consommateurs à travers le monde devraient dépenser plus de 25 milliards de dollars et gaspiller 1,2 milliards d’heures cette année pour traiter les menaces de sécurité et les coûteux frais de dépannages d’ordinateurs causés par les programmes malveillants présents dans les logiciels piratés.
Selon Simon Ouattara, Directeur Général de Microsoft Afrique de l’Ouest et du Centre « Les victimes des logiciels piratés sont généralement des clients à la recherche d’un gain économique et très souvent qui finissent par payer le prix complet pour ce qui s’avère être un logiciel chargé de programmes malveillants. Microsoft rappelle à ses clients de « jouer la sécurité» par des choses simple, par exemple : poser des questions, vérifier l’emballage, se méfier “des prix trop beaux pour être vrais”, exiger des logiciels authentiques…»

Microsoft est déterminé à protéger ses consommateurs du téléchargement ou de l’achat de logiciels pirates qui les exposent aux logiciels malveillants avec leurs risques de vol d'identité, de perte de données et de défaillances du système.

L’étude, intitulée « Le lien entre les logiciels pirates et les failles de sécurité », révèle également que 60% des utilisateurs interrogés déclarent que leur plus grande crainte à l’égard des logiciels infectés est la perte de données, de fichiers ou d’informations personnelles. Viennent ensuite les transactions frauduleuses sur internet (51%) et enfin le détournement d’e-mail, de leur compte sur les réseaux sociaux ou de leur compte bancaire (50%). Paradoxalement, 43% de ces mêmes personnes n’installent pas de mises à jour de sécurité, laissant leurs terminaux totalement vulnérables aux attaques de cybercriminels.

Des responsables gouvernementaux ont aussi exprimé leurs préoccupations en ce qui concerne l’impact de ces potentielles menaces sur la cyber-sécurité de leur pays. D’après l’étude, ce qui inquiète le plus les gouvernements, c’est la perte de secrets commerciaux ou d’informations au profit de la concurrence (59%), l’accès non autorisé à des informations gouvernementales confidentielles (55%) et l’impact de cyber-attaques sur des infrastructures sensibles (55%). On estime à plus de 50 milliards de dollars de perte que pourraient les gouvernements dans leur volonté de faire face aux coûts des dommages créés par des programmes malveillants présents dans les logiciels piratés.
« Utiliser des logiciels pirates, c’est un peu comme traverser un champs de mines : vous ne savez jamais quand vous allez tomber sur une mauvaise surprise, mais quand cela arrive, ça peut être dévastateur,» raconte John Gantz, directeur de recherche à l’IDC. « Les risques financiers sont considérables, et les pertes potentielles peuvent laisser des entreprises, auparavant rentables, en très mauvaise posture. Acheter un logiciel légalement coûte moins cher sur le long terme - au moins vous savez que vous n’aurez aucun "cadeau empoisonné" sous la forme d’un programme malveillant.»
L'enquête souligne aussi les points suivants :
• Près des deux tiers des pertes des entreprises (315 milliards de dollars) se font au profit du crime organisé.
• Près de 20% des logiciels piratés présents dans les entreprises sont installés par des employés.
• 28% des sondés en entreprise ont rapporté des failles de sécurité causant des pannes de réseau, d’ordinateurs ou de leur site web, se reproduisant régulièrement au bout de quelques mois; 65% de ces pannes impliquaient des programmes malveillants présents sur des ordinateurs d’utilisateurs finaux.
L’examen approfondi effectué par l’Université de Singapour sur 203 PC neufs équipés de logiciels piratés a révélé que 61% de ces PC étaient pré-infectés par des programmes malveillants, incluant chevaux de Troie (Trojan), vers, virus, hacktools, rootkits et adware. Ces PC, achetés chez des revendeurs et des magasins informatiques sur 11 marchés, contenaient plus d’une centaine de menaces différentes.
« Il est extrêmement inquiétant de constater que des PC neufs puissent être pré-infectés par de dangereux programmes malveillants à cause de logiciels pirates, rendant des utilisateurs et des entreprises totalement vulnérables à des failles de sécurité», déclare le professeur BiplabSikdar, du département ingénierie électrique et informatique de l’Université de Singapour. « Les tests de recherche effectués par l'université indiquent clairement que les cybercriminels profitent de plus en plus de la chaîne d'approvisionnement non sécurisée du piratage informatique pour propager leurs programmes malveillants et compromettre gravement la sécurité des PC. Nous recommandons expressément l’usage de logiciels conformes pour garantir la protection en ligne et la cyber-sécurité ».
Que ce soit l’utilisateur individuel, la petite ou la grande entreprise, ou même l’institution gouvernementale, Microsoft encourage tous les utilisateurs à acheter leurs nouveaux ordinateurs auprès de sources fiables, pour être sûrs qu’ils sont équipés de logiciels conformes.

Comment

 Commentaires



Comment