Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2614 du 22/3/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Région

Pompes funèbres de Gagnoa : Palabres autour des corps
Publié le samedi 22 mars 2014  |  Nord-Sud




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le préfet du département de Gagnoa, Rémi N’zi Kanga, a présidé, ce jeudi à son cabinet, une importante réunion pour désamorcer une ‘’bombe’’ entre les gestionnaires des pompes funèbres et les responsables des hôpitaux publics.



Il y a de l’étincelle dans l’air à Gagnoa. Un conflit oppose les gestionnaires des pompes funèbres aux responsables des hôpitaux publics de la Cité du Gôh. Les premiers reprochent à l’administration hospitalière de leur faire ombrage dans l’enlèvement des corps, au profit d’Ivosep et Interfu, deux structures reconnues pour leur expertise en la matière. Selon Charles Koffi Aka, directeur régional de la santé, cette mesure émane de son ministère de tutelle. « Il n’existe pas de contrat entre les directeurs d’hôpitaux et les pompes funèbres qui travaillent dans les hôpitaux. C’est plutôt le ministère de la Santé et de la lutte contre le Sida qui a signé une convention avec Ivosep et Interfu pour gérer les corps dans les hôpitaux. En tant que responsables de la santé, nous ne faisons qu’appliquer la convention », a-t-il déclaré pour éclairer la lanterne de l’assistance, en l’occurrence les patrons des pompes funèbres privées. Depuis la mise en œuvre de cette convention, les gestionnaires des pompes funèbres n’ont plus la possibilité d’enlever les corps des hôpitaux publics. Ce qui n’est pas sans conséquence pour la bon­ne marche de leur activité professionnelle. D’où leur gro­gne. « Dans les hôpitaux, on oblige les parents des morts à composer avec Ivosep ou Interfu. Pourtant, ces structures pratiquent des coûts plus élevés que les nôtres. Quand ces parents nous sollicitent, nous ne pouvons rien faire à cause du monopole de ces deux structures. Nous voulons qu’on laisse les parents confier leurs corps à la structure de leur choix », a proposé Marcel Négbré, le porte-parole des chefs des entreprises des pompes funèbres privées. Après avoir entendu les différentes parties, le préfet a promis de rencontrer le maire. Objectif : trouver une solution collégiale, afin que prenne fin cette guerre autour des cadavres.


Alain Kpapo à Gagnoa

Comment

 Commentaires



Comment