Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Nouveau Consommateur Hebdo N° 72 du

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Société

ça doit changer : Vaincre l’immobilisme
Publié le lundi 7 avril 2014  |  Le Nouveau Consommateur Hebdo




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le décès de Awa Fadiga, le 25 mars, n’a laissé personne indifférent. Suscitant une vague d’indignation sans pareille dans tous les milieux. C’est sur la toile que les internautes auront fait, le plus preuve d’activisme. Une page Facebook « Awa Fadiga, Stop, Plus Jamais Ça » a été créée. En l’espace de quelques jours, elle a recueilli plus de 22 532 J’aime. Plus de 17 667 personnes en parlent. On aurait dit que pour une fois, les Ivoiriens ont décidé de prendre à bras le corps un problème afin que ce genre de drame ne se reproduise plus. C’était sans compter avec l’usure du temps qui finit toujours par avoir raison de l’ardeur et des bonnes résolutions des plus intrépides qui veulent que les choses changent dans ce pays, mais qui baissent les bras passés les premiers instants de l’émotion.

Les initiateurs de la pétition, destinée à recueillir 100 mille signatures à l’attention du ministère de la Santé et de Lutte contre le SIDA, « pour que les hôpitaux ne soient plus des mouroirs. Pour que la mort d'Awa FADIGA et des autres ne soit pas vaine » ont eu les yeux trop gros et la mémoire trop courte. Ils ont oublié qu’en Côte d’Ivoire, la trop vive émotion est toujours sans lendemain, fille de l’immobilisme. Au 2 avril, soit huit jours après son lancement, la pétition qui devrait donner aux malades une chance de survivre à l’enfer des urgences piétine. Seules 8 324 personnes, soucieuses de disposer d’un accueil de qualité, l'ont signée. Les autres continuent de croire que ça n’arrivera jamais ni à eux ni à l’un des leurs d’aller aux urgences. Devoir de solidarité ? Ce pays est surtout malade de son opinion publique et de sa société civile qui croit que tout va lui tomber du ciel.

Par Y.T

Comment

 Commentaires



Comment