Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3083 du 11/4/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Art et Culture

Les leçons à tirer selon Yacouba Konaté
Publié le vendredi 11 avril 2014  |  L’intelligent d’Abidjan


MASA
© Abidjan.net par DR
MASA 2014: le ministre Bandama et le comité d`organisation font le bilan
Jeudi 9 Avril 2014. Les organisateurs du Marché des Arts et du Spectacle Africain (MASA) ont au cours d`une conférence de presse présidée par le ministre Maurice Kouakou Bandama, fait le bilan de l`édition 2014. Photo: Le directeur général du Masa, le Pr Yacouba Konaté


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Lors d’une cérémonie de remerciement aux acteurs qui ont permis de tenir le pari de la relance du Masa «indépendamment des sceptiques», Yacouba Konaté le Directeur général par intérim du Masa a expliqué, au siège du Masa au Plateau, la nécessité qu’il y avait à tenir ledit événement. Il a tiré les leçons.
‘’Nous y avons cru par nécessité parce que cela faisait longtemps que le Masa ne se tenait plus. Si nous avions accepté de différer à nouveau cette date, cela ouvrait le champ à tous ceux qui voulaient que le Masa soit relocalisé chez eux. L’autre nécessité, a été que la Côte d’Ivoire était dans une période de relance. Quand on veut faire de la relance, il faut y aller avec tous les aspects qui rentrent dans l’animation de la vie sociale. C’est pour cela qu’il nous est apparu qu’il était indispensable de tenir le pari. Chemin faisant, certains nous donnaient l’impression qu’ils ne voulaient pas que le Masa se tienne – indépendamment de ceux que j’ai appelé les sceptiques….
Notre objectif était de réconcilier les artistes ivoiriens avec le Masa. On sait que tout le monde n’est pas content parce qu’il y en a qui auraient aimé qu’on leur donne quelques millions de F CFA pour prester. Je pense que chacun est libre de son choix. Mais, nous aussi, nous avons le droit de dire nous ne pouvons donner que 150.000. C’est un marché. Ou tu prends, ou tu ne prends pas. Je donnerai l’exemple de Tiken Jah que Ismaël Diaby a contacté. Abou Kamaté de l’institut français s’est mêlé aux négociations. Nous ne sommes pas tombé d’accord sur le montant de la prestation qu’il souhaitait avoir et que nous ne pouvions pas payer. Mais, il ne nous a jamais insultés pour dire le Masa brime les artistes ivoiriens ! Je pense que nous avons, peut-être, raté l’occasion d’avoir un ou deux artistes de plus, mais ce que les artistes doivent surtout se mettre en tête c’est qu’ils ont eux aussi raté l’occasion de rencontrer quelques acheteurs. Pour nous, c’est désolant puisque notre credo, c’est de développer les arts du spectacle. Il faut que les gens comprennent que quand ils viennent jouer, ce n’est pas pour nous ! Nous sommes un marché. Ce sont des leçons que chacun devra tirer.

Retranscris par Koné Saydoo

Comment

 Commentaires



Comment