Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3089 du 18/4/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Société

Man / Situation sécuritaire à l’ouest: Les parlementaires viennent aux nouvelles
Publié le vendredi 18 avril 2014  |  L’intelligent d’Abidjan




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

«Les bruits continuent de courir et d’effrayer les populations quant à des attaques aux frontières. Il s’agissait pour nous parlementaires de venir nous enquérir de la situation réelle sur le terrain pour voir comment traiter le mal », a dit en substance le 15 avril à Man, l’honorable Oulata Gaoudi, président de la délégation des 7 parlementaires en mission à l’ouest. Dans la salle de réunion de la préfecture, la parole fut libérée. Sans exclusion de corporation, de statut ou de nationalité. Pour le délégué des ex-combattants Dosso Vassandji, l’insécurité restera d’actualité, tant que les ex-combattants ne seront pas satisfaits : « Plusieurs armes circulent encore de façon illégale. Et, on nous a promis des choses que nous n’avons pas encore reçu, la lenteur de l’ADDR nous trouble. La hiérarchie a remplacé nos noms par ceux de leurs protégés qui n’ont jamais manipulé les armes. » Les fournisseurs en aliments des casernes militaires ne sont pas contents également. « L’Etat refuse de nous payer les livraisons que nous avons faites en 2012 pour les militaires. En bravant tous les périls durant ces moments chauds de la crise postélectorale pour nourrir les soldats. Nous pensions faire preuve de vrai patriotisme. Hélas ! », lance un fournisseur qui nous a présentés des factures de 2 millions F CFA que l’Intendance de l’armée lui doit. Selon Coulibaly Aminata, Directrice de la clinique juridique, l’insécurité est aussi constituée par le banditisme, le viol et les agressions répétés dans les familles, de jour comme de nuit. «Nos enquêtes prouvent que des fillettes de 2 à 12 ans subissent le viol ici à Man », avoue-t-elle, la colère dans la gorge. Le chef de canton de Man campagne, Gonse Pierre intervenant, a émis des inquiétudes concernant l’insécurité à Man et au niveau des frontières ivoiro-libérienne et guinéenne. « En plus de l’insécurité transfrontalière, nous vivons dans une insécurité relative à cause des problèmes du foncier rural. Il y a toujours des foyers de tension liés au foncier ici, à Logoualé et ailleurs. Donc, nous apprécions votre arrivée vers nous pour prendre le pouls de la situation », a estimé le chef de canton. Pour la santé, le Directeur régional de la santé a exprimé une vive appréhension par rapport au manque criard de matériels et de personnel. Le constat est là : un seul chirurgien pour le CHR de Man qui, reçoit des malades venant de tout le district, a-t-il relevé. A toutes ces préoccupations, le député Gaoudi Oulata, président de la commission sécurité et défense de l’Assemblée nationale a rassuré les chefs de service, le corps préfectoral et l’ensemble de la population : « Nous avons pris bonnes notes.

Comprenez que l’intégrité du territoire doit être de mise. Il faut donc renseigner les forces de l’ordre de tout mouvement suspect, le long des 350 km de frontières. L’Etat s’attèle à régler tous les autres volets que vous venez d’énoncer. Sans paix, il ne saurait y avoir de développement ».

Bayo Lynx, correspondant régional

Comment

 Commentaires



Comment