Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2644 du 28/4/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Politique

Guillaume Soro, à Fraternité Matin : “Moi, visé par la Cpi ?”
Publié le mardi 29 avril 2014  |  Nord-Sud


Cérémonie
© Autre presse par DR
Cérémonie d`ouverture des Journées nationales de valorisation de l`agriculture.
Dimanche 22 décembre 2013 à Yamoussoukro. Le Président de l`Assemblée nationale a présidé la cérémonie d`ouverture des journées nationales de valorisation de l`agriculture. Photo : Soro Kigbafori Guillaume, Président de l`Assemblée nationale


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le chef du Parlement, Guillaume Soro, était, hier, l’invité de Fraternité matin. Pendant deux heures, il a échangé sur l’actualité politique, économique et sociale avec les journalistes.


Le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, a expliqué, lundi, qu’il est très loin d’être dans le viseur de la Cour pénale internationale (Cpi). « Si la Cpi avait un début de soupçons à mon égard, elle ne m’aurait pas invité à sa tribune aux Etats-Unis », a-t-il argué, à la tribune de l’invité des rédactions du quotidien Fraternité Matin. Pour le chef du Parlement ivoirien, ceux qui évoquent un mandat de la Cpi à son encontre, font preuve de « fantasmes politiques ». Après quoi, Guillaume Soro a laissé entendre que «si Gbagbo avait laissé le pouvoir en 2010, la Cpi ne serait jamais venue en Côte d’Ivoire». Pour le chef de la représentation nationale, c’est le refus de l’ex-chef de l’Etat de céder pacifiquement le pouvoir et les conséquences liées à cette attitude qui justifient l’intrusion de la Cour pénale internationale dans la vie des Ivoiriens. «Voilà l’origine », a-t-il précisé. Au cours des échanges avec les journalistes de cette rédaction, le chef de l’hémicycle est revenu sur les questions relatives au dialogue politique, la réconciliation et la cherté de la vie. S’agissant du dialogue politique qui est rompu depuis quelque temps entre le pouvoir et l’opposition, l’ancien Premier ministre a dit regretter cette situation. « C’est dommage et je souhaite que le Fpi revienne sur la table du dialogue », a-t-il conseillé. Pour ce qui est du processus de réconciliation, Guillaume Soro souhaite que la justice fasse son travail. A l’en croire, si la justice joue son rôle, le pardon viendra «achever le processus de réconciliation». Sur la lutte pour améliorer les conditions de vie et de sécurité» des populations, le chef du Parlement reste optimiste. «Nous devons faire confian­ce au gouvernement », a-t-il exhorté. En prélude à l’élection présidentielle de 2015, il a promis que son institution jouera pleinement la carte de la transparence et de la crédibilité pour permettre que ces échéances se tiennent dans un climat apaisé et démocratique.

Eric Diomandé

Comment

 Commentaires



Comment