Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3104 du 9/5/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Art et Culture

Mode / 4ème édition du SIMOA : Abidjan veut apporter sa pierre à l’édifice de la mode africaine
Publié le vendredi 9 mai 2014  |  L’intelligent d’Abidjan


Lancement
© Abidjan.net par Serges T
Lancement du Salon International de la mode Africaine
La cérémonie de lancement du Salon International de la mode Africaine ( SIMOA 2014) s`est déroulée le 19 juin 2013


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Des défilés de mode et des prestations artistiques de plusieurs pays d’Afrique ont meublé l’ouverture de la 4ème édition du Salon internationale de la mode africaine (SIMOA) qui s’est tenue le jeudi 8 mai 2014, à la Caistab au Plateau. Pour le représentant du ministre de la culture, Sékongo Fernand, la mode est l’identité des individus et des peuples. « Ce salon est une occasion de célébrer la mode africaine. Nous voulons faire d’Abidjan, une plateforme tournante de la mode africaine. Nous souhaitons aussi faire la promotion active de ce qui peut valoriser la culture ivoirienne », a-t-il dit. La représentante du ministre de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur, Valérie Oka, a pour sa part indiqué que le Salon international de la mode africaine mettra en exergue le secteur de la mode africaine. « Il est nécessaire que les hommes de la mode coopèrent pour l’intégration culturelle en Afrique. Il est donc important qu’ils renforcent leurs expertises et ils doivent rendre vivant cette intégration des peuples et des cultures africaines à travers la mode », a-t-elle souhaité. L’ambition du Salon international de la mode africaine (SIMOA) est de faire de la Côte d’Ivoire, la plaque tournante de l’Afrique. « Ce salon doit permettre aux pays africains de se développer en culture. Nous voulons faire de cet évènement, une plaque tournante très prisé, après ceux des autres pays, et aussi apporter notre pierre à l’édifice », a conclu Grégoire Atsin, commissaire général du SIMOA.
Peguy S

Comment

 Commentaires



Comment