Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Cissé Djiguiba, imam de la mosquée du Plateau : “Terrorisme : mes conseils aux jeunes musulmans”
Publié le vendredi 6 juin 2014  |  Nord-Sud
Célébration:
© Abidjan.net par Aly2Phila
Célébration: Radio Al Bayan a fêté ses 12 ans
Lund 11 Novembre 2013. Abidjan. Riviera Golf La Radio nationale Islamique Al Bayane a soufflé sa 12ème bougie. Occasion trouvée pour les responsables de la radio de communier avec les auditeurs. Photo: Imam Cissé Djiguiba, PDG de la radio
Comment




Aucun enseignement venant de l’islam ne nous exhorte à l’extrémisme et à la violence. L’islam enseigne au contraire la paix, l’amour du prochain. Privilégier le dialogue, vivre décemment et correctement dans la foi et le respect des croyances de l’autre, et déployer tous les moyens qui peuvent aider les autres à s’épanouir. Le prophète Mohammed enseigne ceci : votre foi n’est sincère que lorsque vous aimez pour votre frère ce que vous aimez pour vous-même. C’est donc une leçon d’altruisme et cela dans tous les domaines. Selon le Coran, Dieu ne nous empêche pas d’avoir des relations de cordialité et d’amitié avec les personnes qui nous ont combattus dans notre religion, qui ne nous ont pas chassés de notre demeure. Le Coran nous recommande plutôt d’être bienveillants envers elles. Les actes terroristes auxquels nous assistons au Nigéria et ailleurs dans le monde sont la manifestation d’une lecture différente des livres autour de l’islam. Boko Haram dit que la femme ou la jeune fille n’est pas destinée à s’instruire, mais à rester dans un foyer. Les responsables de ce mouvement auraient reçu leurs enseignements dans des écoles islamiques du Pakistan ou de l’Afghanistan. Ce qu’il faut savoir, c’est que ni l’Afghanistan, ni le Pakistan ne sont auteurs du Saint Coran. C’est un livre révélé, c’est la parole d’Allah l’Unique. Et ces pays ne peuvent être désignés comme le berceau de l’islam. Nous connaissons un islam de juste milieu. L’attitude de certains peuples peut trouver une explication dans leur histoire. La tentative de coloniser et même de diaboliser un pays peut entraîner des revers insaisissables et cela n’est pas le fait de la théologie. C’est vrai, l’islam n’accepte pas la colonisation et la domination. L’Afghanistan a été envahie par l’Union Soviétique. L’Améri­que et l’Occident se sont réunis pour aider à refouler ceux qui constituaient les adversaires d’hier. Mais les pluies de bombes qui se sont abattues sur l’Afghanistan ont fait perdre la vie à plusieurs personnes, et cela a engendré un esprit de vengeance. Au Nigéria, ce n’est pas le même cas, c’est plutôt une importation d’un problème qu’on ne vit pas chez soi. Vous ne lirez dans aucun livre islamique qu’il faut tuer des innocents. Je ne pense pas que les jeunes musulmans ivoiriens soient troublés par cette situation. C’est le même islam qui est enseigné partout dans le monde. En Côte d’Ivoire, nous pratiquons un islam de paix, de tolérance et nous avons une grande vision de la cohésion sociale. D’ailleurs, nous devons exporter notre manière de vivre l’islam et la vision que nous avons de notre société. Nous devons être des agents et acteurs de paix et non tout ce qui peut mettre à mal la paix. L’islam n’y gagne pas et les non-musulmans qui provoquent les musulmans dans certaines circonstances également. Pendant la crise, lorsque des grenades ont été lancées dans une mosquée à Grand-Bassam, les musulmans ont-ils réagi comme dans les autres pays ? Non, parce qu’on n’a pas la même histoire. Les personnes qui voulaient détruire notre société ont été désavouées par les leaders musulmans. La règle dominante en islam, c’est de répondre au mal par le bien, et nous devons continuer à le faire. Nous devons faire en sorte que la religion soit un facteur de développement et de paix, et que les pratiquants des religions soient animés d’un bon esprit d’ouverture, parce qu’il faut préparer la voie à ceux qui vont nous succéder. La prévention est donc obligatoire et nécessaire. Que les différents contours de la politique et autres soient négociés de sorte à privilégier la paix et que surtout, la paix sociale soit une préoccupation de tout un chacun.
Commentaires


Comment