Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Un tournoi de maracana pour prôner le rassemblement et la paix à Bouaflé
Publié le lundi 9 juin 2014  |  AIP
Comment




Bouaflé– La Jeune Chambre internationale (JCI) de Bouaflé a organisé samedi un tournoi de maracana pour prôner le rassemblement et la paix entre les populations du département.

Le président de la JCI, Silué Yacouba, a indiqué que l'organisation de ce tournoi permettra de renforcer la cohésion entre les fils et filles de Bouaflé.

Il a invité, à cet effet, plusieurs équipes de différentes régions à participer à ce tournoi, afin que la fraternité et le bon sens prennent le dessus sur les séquelles des affres qu'a connues la Côte d'Ivoire.

M. Silué a profité pour faire un bilan et présenté les différentes perspectives de sa mandature 2014.
Il s'agit, entre autres, de l'instauration de la marche de la santé et de la paix, dans la ville de Bouaflé ainsi qu'un séminaire sur les différentes techniques de maitrise de l'administration.

"Nous avons appris à la population à rédiger des procès-verbaux, des rapports de réunion et de mission et organiser des réunions efficaces", a-t-il énuméré, soulignant également l'organisation de la nuit des conjoints qui a rassemblé plus de 40 couples.

Le président de la JCI prévoit organiser, dans les prochains jours, des conférences qui aborderont des thèmes relatifs au titre et à l'impôt fonciers avec l'arrivée de nombreux experts en la matière.

La JCI compte aussi organiser un concours du village le plus propre du département, afin d'accompagner le ministère de l'Environnement, de la Salubrité urbaine et du Développement durable dans son projet de sensibilisation sur le lavage des mains et la fin de la défécation à l'air libre.

M. Silué a été élu président de la JCI en septembre 2013, lors de la 26ème convention de l'Organisation locale membre(OLM) placée sous le signe de l'union pour le service de la communauté, rappelle-t-on.

Zaar/kp
Commentaires


Comment