Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire : « la réforme du transport vise à mettre fin au racket et à la violence dans le milieu » (Ministre)
Publié le jeudi 19 juin 2014  |  APA
Conférence
© Abidjan.net par J. B.
Conférence de presse du ministre des Transports Gaoussou Touré
Jeudi 19 juin 2014. Abidjan. Le ministre des Transports Gaoussou Touré était face à la presse dans le cadre des Rendez-vous du gouvernement.
Comment




Le Ministre des transports, Gaoussou Touré, a expliqué jeudi, que la réforme du secteur du transport engagée par son département a pour objectifs de mettre fin au « racket et à la violence » dans le milieu, par la « révision de tous les textes » régissant le secteur des transports en Côte d’Ivoire.

Gaoussou Touré s’exprimait face à la presse nationale et internationale dans le cadre des rendez-vous du gouvernement autour du thème « le modernisme du transport routier en Côte d’Ivoire ».

Dans son exposé liminaire, le ministre Gaoussou Touré a indiqué que la réforme engagée par son département porte sur la mise en place « d’une base de données unique, la professionnalisation des acteurs du transport » dont les grands axes mettent l’accès sur la « révision de tous les textes qui régissent le secteur des transports ».

« La réforme va révolutionner le transport routier qui tournera le dos au racket, à la violence pour se tourner vers la modernisation » a-t-il souligné, insistant sur ces « tares qui ont longtemps plombé le milieu du transport », un secteur « vital » pour l’économie nationale.

Au nombre de ces réformes, figure la dissolution des structures chargées de la « délivrance des titres de transport », tâche, désormais dévolue à un « centre de gestion intégré des transports» dont les activités seront, officiellement, lancées jeudi prochain.

En ce qui concerne les structures dissoutes, le ministre Gaoussou Touré a révélé que « l’AGETU est une société en faillite, et il nous a fallu l’intégrer au programme de la modernisation et récupérer son personnel » contrairement à la SONATT qui, quoique en bonne santé financière, a été touchée par cette « reforme ».

Selon Gaoussou Touré, il faut mettre fin à « l’anarchie dans le secteur des taxis banalisés », par la reprise des « autorisations faites sans restriction ». « Nous voulons que le transport puisse se faire dans les meilleures conditions possibles.Les mesures seront prises pour régler cette question par la transparence, la rigueur et une meilleure organisation du secteur» a-t-il prévenu.

Sur la question des «gnambros et syndicats » , qui gangrènent le secteur du transport, le ministre Gaoussou Touré a préconisé la « dissuasion et non la force » pour la régler. «On prévoit de les aider et les insérer dans la vie active » grâce à « un programme de crédit-bail avec les banques pour la mise en circulation de taxis communaux qu’ils auront à gérer » a promis M. Touré.

Sur l’épineuse et récurrente question de la certification de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët (sud d’Abidjan), M. Touré a fait savoir que « le processus suit son cours et nous avons passé beaucoup d’audits avec succès ».

« Aujourd’hui, l’aéroport d’Abidjan est aux normes de sécurité et de sureté ; cela a permis d’augmenter le nombre de compagnies desservant notre capitale économique qui est passé de 9 à 25 compagnies de référence dans le monde » a martelé le ministre des transports, soulignant qu’ « aucun aéroport de la sous-région n’a les infrastructures que possède l’aéroport d’Abidjan ».

Le ministre Gaoussou Touré avait à ses côtés, son collègue de la Poste et des Tics, Bruno Koné Nabagné, par ailleurs, porte-parole du gouvernement.


HS/ls/APA


Articles associés

 
Commentaires


Comment