Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Cohésion Sociale – Le Professeur Koné Mariatou échange avec l’UNESCO et Amnesty International.
Publié le vendredi 11 juillet 2014  |  PNCS
Cohésion
© Autre presse par DR
Cohésion sociale - Le PNCS échange avec l`Unesco et Amnesty International.
Le Pr Koné Mariatou, directrice-coordonnatrice du PNCS a reçu le mercredi 09 juillet 2014, le représentant résident de l’UNESCO, Ydo Yao et la nouvelle présidente d’Amnesty International, section Côte d’Ivoire, Mme Nathalie Kouakou.
Comment




Journée chargée pour la directrice-coordonnatrice du PNCS, le Pr Koné Mariatou qui a reçu successivement dans la journée du mercredi 09 juillet 2014, le Représentantrésident de l’UNESCO, Ydo Yao et la nouvelle présidente d’Amnesty International, section Côte d’Ivoire, Mme Nathalie Kouakou. Cadre choisi pour ces deux rencontres, le siège du PNCS sis à la Riviera 4.

PNCS et UNESCO
Bientôt des théâtres forum pour impliquer les populations
Concernant la première qui s’est déroulée entre l’envoyé de l’UNESCO et la patronne du PNCS entourée de ses plus proches collaborateurs, il s’est agi pour les deux parties de réfléchir sur des stratégies pouvant permettre de booster la cohésion sociale. Selon Ydo Yao, à sa sortie d’audience, c’est un impératif pour son organisation, au regard de son mandat, d’apporter un appui technique au PNCS afin de mener à bien sa mission pour le bonheur des populations ivoiriennes.Cela se matérialisera par la signature d’un partenariat très bientôt : ‘’Nous sommes venu rencontrer la responsable de la cohésion sociale. Nous avons beaucoup à offrir pour accompagner le travail qui est en train d’être abattu par le Pncs. Notamment, nous sommes en train de voir comment apporter un appui technique au PNCS en agissant dans le cadre de l’éducation, l’art et le théâtre pour contribuer à la cohésion sociale. Cela se fera par l’utilisation des radios communautaires, pour traduire dans les langues nationales des messages de paix et de cohésion sociale, et le théâtre forum qui exhorterales populations locales à œuvrer davantage pour la cohésion sociale’’, a-t-il révélé. En attendant, le Pr Koné Mariatou et son hôte se retrouvent la semaine prochaine pour une séance de travail en vue de définir les bases et le contenu du partenariat. C’est ce que fera remarquer l’universitaire : ‘’Nous aurons une séance de travail approfondiela semaine prochainepour étudier le contenu du partenariat, notamment les axes et les thèmes. Ce sera l’étape de la finalisation. Ensemble, nous allons mobiliser plus d’un milliard 100 millions de francs cfapour la conduite de ce projet’’, a tenu à préciser, Pr Koné Mariatouqui s’est dit satisfaite de cette future collaboration qui mettra l’accent sur la culture et l’art : ‘’La culture, c’est ce qui reste quand on a tout perdu. A travers la culture, les populations se sentent plus proches et soudées. Ainsi, l’art,qui est le fait d’investir avec le cœur et sans ressentiment, et la culture peuvent efficacement créer les conditionsà renforcer la cohésion sociale’’ a-t-elle affirmé, avant d’exhorter toutes les structures et lespartenaires à continuer à appuyer le PNCS.
Amnesty International, section Côte d’Ivoire et le PNCS, pour une Côte d’Ivoire sans frustration
Peu de temps après, le professeur Koné Mariatou et ses collaborateurs ont reçu leur deuxième hôte : Mme Nathalie Kouakou, accompagnée de sa délégation. Venue pour prendre connaissance du domaine d’intervention du PNCS, la nouvelle présidente de Amnesty International, section Côte d’Ivoire, a affiché sa volonté de travailler en synergie avec le PNCS, sur les préoccupations qui sont au cœur de leurs différentes missions : notamment sur les questions de respect des droits de l’Homme, de l’éducation à la citoyenneté….Pour ce faire, elle envisage travailler de concert avec le PNCS , pour rassembler les organisations autour de la cohésion sociale. Et cela, selon elle, doit passer par l’identification des projets et la mobilisation des ressources. Un pas de plus pour la cohésion sociale, selon le Pr Koné Mariatou. ‘’S’il n’y a pas de respect de droit de l’Homme, il y a la frustration, et s’il y a la frustration, il n’y a pas de cohésion sociale’’, a-t-elle conclu.
Commentaires


Comment