Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

Football / Salif Bictogo très catégorique: La Conférence des présidents de clubs est un esprit!
Publié le jeudi 17 juillet 2014  |  L’intelligent d’Abidjan
Election
© Abidjan.net
Election à la présidence de la FIF: lancement de la campagne de Salif Bictogo
Mardi 23 Août 2011. Abidjan, Plateau. Hôtel Pullman. Le candidat Salif Bictogo lance sa campagne pour la présidentielle de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF)
Comment




Le président de la Conférence des présidents de clubs de Côte d’Ivoire, Salif Bictogo, était face à la presse, le mercredi 16 juillet 2014, à la salle de conférence de la ligue professionnelle de la FIF à Treichville. D’entrée, le conférencier a précisé que la Conférence a été mise sur pied en 1994 à la demande de Me Roger Ouégnin. C’est un cadre d’échanges et non une FIF bis. Raison pour laquelle, elle n’a pas de textes et que le président de la Conférence est cooptée pour une durée indéterminée. "La Conférence des présidents de clubs est un esprit. C’est Me Roger Ouégnin qui est notre boussole. Mêmes à deux, la Conférence existera", martèle Salif Bictogo. En poste depuis 2008 suite au départ de Karim Diabagaté, il trouve que la structure a été pour beaucoup dans l’amélioration de la subvention des clubs ivoiriens. « La Conférence ne sera pas l’aile dure contre le président de la FIF, en même temps, elle ne sera pas l’aile molle contre le président de la FIF. Notre souci, ce n’est pas de créer des crises dans notre football », insiste-t-il. Se prononçant sur la prochaine réunion des doyens des présidents programmée le samedi 19 juillet, au Plateau, Salif Bictogo estime qu’ils sont libres de s’organiser. Mais ils ne pourront pas parler de nouvelles élections à la Conférence. Mieux, il s’étonne que certains de ses pairs avancent que la Conférence ne cherche pas l’argent pour les clubs : « Notre rôle n’est pas de chercher l’argent pour les clubs, c’est bien le rôle de la FIF. Je n’ai géré ni la Coupe du Monde 2014, ni la préparation des Eléphants. J’ai au moins attiré l’attention du Gouvernement sur l’aide accordée aux supporters, c’est tout. Nous avons un cadre d’échange », soutient-il. Entouré par Vassidiki Diabagaté (Man FC), Akré Benoît (Songon FC), Armand Gohourou (Guiberoua FC) et de Diaby le Gourou (Satellite FC), Salif Bictogo a affirmé qu’il ne prépare pas un coup d’Etat contre Sidy Diallo. Mieux, selon Armand Gohourou, Salif Bictogo ne sera pas candidat à la prochaine élection de la FIF prévue en 2015. Toutefois, la Conférence se battra toujours pour le football local.

Annoncia Sehoué
Commentaires


Comment