Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Crise au FPI : Le comité de médiation recommande l’organisation d’un congrès avant la fin de l’année
Publié le mardi 12 aout 2014  |  AIP
Politique:
© Abidjan.net par Atteby
Politique: Le FPI accueille ses militants après leur libération provisoire
Mardi 06 Aout 2013. Riviéra Atoban. 14 Ex-détenus qui ont bénéficié de la liberté provisoire ont eu droit à un accueil chaleureux réservé par les militants et sympathisants du Front Populaire Ivoirien (FPI). Photo : Dacoury Tabley.
Comment




Le comité de médiation du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) a recommandé, mardi, l’organisation d'un congrès avant la fin de l’année, pour résoudre la crise née de la restructuration de ce parti à l'initiative du président Pascal Affi N’Guessan.

"A la suite de la sérénité retrouvée au sein du parti, la médiation recommande d'organiser un congrès avant la fin de l’année 2014", a déclaré l’ordonnateur du groupe de médiation, Philippe Dakoury-Tabley, lors d’un point de presse à la Fondation Haris Memel Fotê d’Abidjan.

"La date de sa tenue devra être annoncée au cours du mois d'août 2014", a-t-il insisté.

M. Dakoury-Tabley a réaffirmé la nécessité pour le FPI de tenir pour priorité absolue, la libération de Gbagbo Laurent, l’intérêt de définir et de mettre en œuvre une stratégie de lutte appropriée pour atteindre cet objectif.

Il a aussi invité la direction du parti à pourvoir, « dans les meilleurs délais », le secrétariat chargé de la libération de l’ancien président et la mise en place d’une politique lisible de solidarité du parti en faveur des camarades en détention, des exilés et des réfugiés.

Pascal Affi N’Guessan avait produit, début juillet, une « décision » portant réaménagement technique du secrétariat général du FPI. Celle-ci avait été dénoncée par certains cadres, dont la vice-présidente Simone Gbagbo qui avait rendu sa démission de toutes instances du parti ou encore le secrétaire général et porte-parole, Laurent Akoun, pour qui cette restructuration est "sans valeur légale".


aaa/kkp/tm
Commentaires


Comment