Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Levée solennelle des drapeaux pour marquer le retour officiel de la BAD
Publié le lundi 8 septembre 2014  |  APA
Le
© Présidence par DR
Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA s`est entretenu avec une délégation de la BAD
Jeudi 04 septembre 2014. Palais de la Présidence de la République. Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA s`est entretenu avec une délégation du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) conduite par son Président, M. Donald KABERUKA,
Comment




Le retour officiel de la Banque africaine de développement (BAD) à son siège statutaire a été marqué, lundi, à Abidjan par une cérémonie de levée solennelle des drapeaux en présence du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan et du Président de l'institution bancaire panafricaine, Donald Kabéruka.

"Ce matin, nous procédons à la levée solennelle des drapeaux. En attendant que le bâtiment du siège de la banque soit totalement réfectionné, cette cérémonie se déroule dans ce magnifique et conformable immeuble que le gouvernement ivoirien à mis à notre disposition à titre temporaire", déclaré Donald Kabéruka, ajoutant que le Conseil d'administration démarre ses travaux juste après la levée des drapeaux.

"Cette cérémonie de levée des drapeaux des pays membres de la BAD marque avec force et symbole, le démarrage de nos activités", a-t-il ajouté devant l'assistance composée des membres du Conseil d'administration de la BAD, de membres du gouvernement ivoirien et de diplomates accrédités dans la capitale économique ivoirienne.

La Banque africaine de développement (BAD) qui compte 78 pays membres dont 53 pays africains et 25 non africains, s'était délocalisée en Tunisie depuis plus d'une décennie, en raison de l'instabilité politique en Côte d'Ivoire.

Le pays renoue peu à peu avec la stabilité après une décennie de crise politico-militaire ayant culminé avec la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011, qui a fait plus de 3.000 morts.
Commentaires


Comment