Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: Ouattara sur les terres de son allié avant la présidentielle de 2015
Publié le samedi 13 septembre 2014  |  AFP
Conseil
© Présidence
Conseil des ministres de rentrée gouvernementale, présidé par le Chef de l’Etat SEM. Alassane Ouattara.
Mercredi 03 septembre 2014. Abidjan. Le president Alassane Ouattara a présidé le Conseil des ministres de rentrée gouvernementale.
Comment




Abidjan - Le président Alassane Ouattara entame dimanche une tournée dans le centre de la Côte d’Ivoire, une visite stratégique sur les terres de son principal allié à 13 mois de la
présidentielle de 2015.

La région de Daoukro n’est pas seulement connue pour ses plantations de cacao, dont le pays est le premier producteur mondial. Elle est surtout le fief d’Henri Konan Bédié, président de la République de 1993 jusqu’au putsch de 1999 et patron du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), partenaire-clé de M. Ouattara.

Si le chef de l’Etat est coutumier de ces séjours dans l’intérieur du pays,
censés dynamiser le développement d’une Côte d’Ivoire abîmée par une longue
crise politico-militaire, cette visite chez le "sphinx de Daoukro" (surnom de
M. Bédié) est "plus électoraliste" que les autres, explique à l’AFP le
politologue Yves Ouya.

Avant le prochain scrutin présidentiel, le PDCI est en effet divisé:
doit-il aligner un candidat face à M. Ouattara, qui s’est d’ores et déjà
déclaré?

Après des années de relations orageuses, l’ancien parti unique avait permis
l’élection d’Alassane Ouattara en 2010 à la faveur d’une alliance de second
tour.

Sans surprise, le chef de l’Etat a déjà exprimé sa préférence pour une
candidature unique. "Je souhaite que nous soyons tous ensemble pour les
prochaines élections", a-t-il dit.

Problème: en octobre dernier, le PDCI, dont nombre de militants s’estiment
perdants dans l’alliance actuelle, a décidé de présenter un candidat issu de
ses rangs à ce scrutin.

- ’Opération de charme’ -

Pour encourager le PDCI, une modification de la Constitution serait à
l’étude, visant à créer un statut de vice-président, dévolu à son leader.

La venue à Daoukro est en ce sens "une opération de charme" de M. Ouattara
pour "faire en sorte que M. Bédié ait le sentiment de co-gérer le pays avec
lui", observe Yves Ouya.

Elle va "renforcer les liens très forts entre les deux poids lourds" et
permettre des "réglages nécessaires" en vue d’une "élection apaisée en 2015",
affirme Niamien N’Goran, vice-président du PDCI et président du comité
d’organisation de la visite.

Mais, selon de nombreux observateurs, M. Ouattara, dont le bastion est le
nord du pays, a autre chose en tête en se rendant dans la région de Daoukro:
il veut convaincre les chefs traditionnels du Centre, favorables au PDCI, dont
l’appel à voter pour lui avait été déterminant en 2010.

Or, l’Assemblée nationale a adopté une loi en juillet instituant une
chambre pour les "8.000 rois et chefs traditionnels", qui bénéficieront
désormais d’une subvention annuelle inscrite au budget national.

Une mesure officiellement prise pour leur donner un "cadre légal plus
affirmé", dans un pays où les autorités traditionnelles jouent un rôle majeur
et suppléent souvent à la faiblesse de l’Etat.

"Ouattara a eu deux éclairs de génie en vue d’être réélu", juge un bon
connaisseur de la politique ivoirienne. Il cite ce projet de "chambre des
rois", mais aussi l’idée de donner le nom d’Henri Konan Bédié au troisième
pont en construction sur la lagune d’Abidjan, un chantier phare de son mandat.

Avec ce chantier, comme avec sa visite dans le centre du pays, M. Ouattara
veut aussi peaufiner son image de bâtisseur.

A quatre reprises déjà, le chef de l’Etat s’est rendu dans l’Ouest, le Nord
ou le Centre, où d’importants travaux sont systématiquement financés à
l’occasion de son arrivée (routes asphaltées, pistes lissées, électrification,
adduction d’eau, bâtiments publics réhabilités...).

D’après une source ministérielle, 30 milliards de francs CFA (environ 46
millions d’euros) auraient ainsi été dépensés dans la région de Daoukro.

Le président Ouattara a promis de faire de la Côte d’Ivoire un pays
"émergent" à l’horizon 2020, et justifie par là sa nouvelle candidature en
2015.

La présidentielle est censée surtout parachever l’apaisement de la Côte
d’Ivoire: le pays veut tourner la page de la crise postélectorale de 2010-2011
et de ses quelque 3.000 morts, épilogue d’une longue décennie de tourmente.
ck-jf/tmo/mw
Commentaires


Comment