Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

L’ONU confirme l’utilisation de mercenaires dans les crises ivoiriennes
Publié le samedi 11 octobre 2014  |  APA
Le
© Abidjan.net par Emma
Le dernier bastion des partisans de Gbagbo tombe: soldats, miliciens et mercenaires libériens déposent les armes aux pieds des Forces républicaines, à Yopougon
Vendredi 29 avril 2011. Abidjan, commune de Yopougon. Des dizaines d`anciens éléments de la BAE, de la Garde républicaine, de miliciens ivoiriens et des mercenaires libériens déposent les armes au cours d`une cérémonie placée sous l`égide de l`Onuci.
Comment




Des experts indépendants des Nations Unies ont confirmé, vendredi, à Abidjan, l’utilisation de mercenaires durant la crise ivoirienne de septembre 2002 et la crise post électorale de décembre 2010 à avril 2011.

Le groupe de travail des Nations Unies sur l’utilisation de mercenaires, a indiqué au cours d’une conférence de presse destinée à faire le bilan de sa mission en Côte d’Ivoire, " avoir reçu des informations concordantes selon lesquelles, les deux parties opposées pendant la crise de 2002 et la crise post électorale de 2010 auraient utilisé des mercenaires qui auraient commis des violations graves des droits de l’homme".

" Les informations sont très cohérentes. Tous les rapports des experts des Nations Unies et les groupes d’enquêtes pour le Liberia, le groupe d’enquête pour la Côte d’Ivoire, même les rapports de l’ONUCI et d’Amnesty international disent la même chose. Il y’a eu des mercenaires, des milices et des groupes armés qui ont lutté des deux côtés, pendant les deux crises", a déclaré Patricia Alias, Présidente du groupe de travail sur l’utilisation de mercenaires.


Selon elle, "quand on parle de ces phénomènes aux autorités, elles ne le nient pas". "Les autorités ivoiriennes ne nient pas avoir utilisé des mercenaires", a insisté Mme Alias recommandant l’adoption de la convention internationale contre le recrutement, l’utilisation, le financement et l’instruction de mercenaires.

Le groupe de travail a recommandé aux pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le renforcement de leur coopération afin de lutter contre les mercenaires, indiquant que "ce fléau est un phénomène transfrontalier, ne pouvant être combattu qu’avec l’ensemble des pays limitrophes notamment".

Les experts de l’Onu ont jugé nécessaire, l’élucidation des actes de violences commis par les différents acteurs étatiques et groupes armés en 2002 et 2010 pour assurer à la population civile, un environnement stable dans lequel le droit de sécurité de chacun soit respecté de manière impartiale.

Le groupe de travail a encouragé les autorités ivoiriennes à renforcer le processus d’enquêtes relatives aux violations des droits de l’homme commises pendant les crises de 2002 et de 2010, à poursuivre leurs auteurs et à s’assurer que les victimes obtiennent réparation.

Les experts ont encouragé l’Etat ivoirien à lutter contre l’impunité et à renforcer les mécanismes de réparation afin d’aboutir à une véritable réconciliation et s’assurer que le processus électoral de 2015 puisse être mené à terme conformément à la loi, sans qu’il ne soit mis en danger par des éléments déstabilisateurs qui pourraient inclure des mercenaires.

Ces recommandations font suite à une visite de quatre jours menés par le groupe de travail des experts de l’Onu sur l’utilisation des mercenaires. Un rapport détaillé de cette visite sera présenté au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en septembre 2015.

SB/ls/APA
Commentaires


Comment