Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

La Côte d’Ivoire veut se faire une plaque tournante de l’artisanat en Afrique
Publié le vendredi 17 octobre 2014  |  Xinhua
4e
© Ivoire-Presse par DR
4e édition du déjeuner des dirigeants des établissements hospitaliers privés de Côte d`Ivoire
Lundi 16 décembre 2013. Abidjan. La 4e édition du déjeuner d`affaires de l`association des cliniques privées de Côte d`Ivoire ( ACPCI) a eu lieu sous le parrainage du Ministre d`Etat , Ministre du plan et du Développement le Dr Albert Mabri Toikeuse,et la Ministre Raymonde Goudou Koffi Ministre de la santé. Ph: Boguifo joseph, président de ACPCI.
Comment




La Côte d’Ivoire, qui ambitionne de se faire une plaque tournante de l’artisanat à l’échelle continentale et internationale, organise depuis jeudi à Abidjan les Journées nationales promotionnelles des PME et de l’Artisanat.

Le président de la Fédération ivoirienne des Petites et moyennes entreprises (FIPME), Joseph Boguifo, a indiqué que ces journées visent à permettre une dynamisation des secteurs de l’ artisanat et des PME.

"Bien encadrées et évoluant dans un environnement assaini et concurrentiel, les artisans et les PME pourraient constituer le fer de lance de la croissance de la Côte d’Ivoire. Et, pour y arriver, il faut leur donner les moyens idoines", a noté M. Boguifo.

De son avis, il importe d’évaluer l’impact des politiques et programmes menés par la Côte d’Ivoire en faveur de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises et proposer des solutions opérationnelles pour une meilleure appropriation de ceux-ci.

"L’artisanat constitue aujourd’hui une des composantes majeures du développement social et économique des Etats en raison de sa capacité à fournir aux populations des biens et services à la satisfaction de leurs besoins essentiels", a affirmé pour sa part le président de Réseau des artisans issus des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (RAEC), Lacina Touré.

Le président du RAEC a ainsi exhorté les artisans basés en Côte d’ivoire à poursuivre leurs efforts pour faire sortir le secteur de l’informel et à tout mettre en oeuvre pour relever les nombreux défis de sa modernisation.

L’artisanat ivoirien comporte une pluralité de corps de métiers qui absorbent plusieurs milliers d’acteurs.  La promotion de ce "vaste" domaine d’activité constitue une préoccupation pour les autorités et les responsables de ce secteur.

Selon les chiffres de l’Institut national des statistiques (INS) , le secteur de l’artisanat est contributeur pour 12% au PIB. A l’échéance 2020, les autorités ivoiriennes espèrent que la contribution de ce secteur au PIB devra être égale à 20%.

A plusieurs occasions, le ministre ivoirien en charge du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Petites et moyennes entreprises (PME) Jean-Louis Billon, a exprimé l’ engagement du gouvernement à donner une dimension valorisante et économiquement viable de l’artisanat.

"Nous ambitionnons de faire de la Côte d’Ivoire une place internationale de l’art africain pour tous les acteurs professionnels de l’artisanat de tous les continents qui veulent accéder aux produits de meilleure qualité", a indiqué le ministre le 8 avril dernier, à l’occasion du lancement de la première édition du Marché ivoirien de l’artisanat (MIVA).

Pour M. Billon, l’Etat ivoirien entend concrétiser sa volonté de faire de ce secteur, "peu organisé", un levier du développement économique du pays et de la lutte contre la pauvreté.

Le ministre a relevé que le secteur de l’artisanat représente plus du tiers de la population active, avec ses sept branches d’activités et ses 245 corps de métiers.

"La problématique du chômage se posant avec acuité en Afrique, ce secteur est une bonne opportunité d’insertion socio- professionnelle avec ses nombreux corps de métiers", a-t-il souligné.
Commentaires


Comment