Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Atelier régional de lancement du projet MESA: la CEDEAO veut travailler à la préservation de notre l’environnement
Publié le mardi 28 octobre 2014  |  Ivoire-Presse
Atelier
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
Atelier de lancement officiel du Projet MESA (Programme de Surveillance de l’Environnement et de Sécurité en Afrique )
Lundi 27 octobre 2014. Abidjan. Le Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’extérieur a organisé un atelier de lancement officiel du Projet MESA (Programme de Surveillance de l’Environnement et de Sécurité en Afrique ) qui se tient du 27 au 31 octobre 2014, à Abidjan. Obhectif: renforcer les capacités de gestion de l’information, de prise de décision et de planification des institutions africaines chargées de l’environnement, du climat, de la sécurité alimentaire.
Comment




Le Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’extérieur a organisé un atelier de lancement officiel du Projet MESA (Programme de Surveillance de l’Environnement et de Sécurité en Afrique ) qui se tient du 27 au 31 octobre 2014, à Abidjan, dont l’essence est le renforcement des capacités de gestion de l’information, de prise de décision et de planification des institutions africaines chargées de l’environnement, du climat, de la sécurité alimentaire.

En collaboration avec la CEDEAO, l’Union Africaine, CILSS (Comité Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel), avec l’appui financier de l’Union Européenne, cet atelier sur le lancement officiel du projet MESA en Côte d’Ivoire a été déclaré ouvert par S.E. Mme Yolande Tano, Directeur de Cabinet Adjoint, représentante du ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur.

En effet, l’objectif de cet atelier régional de lancement du projet : MESA-THEMA TERRESTRE CEDEAO est le démarrage des activités du programme MESA dans l’espace CEDEAO, en plus de la Mauritanie et du Tchad qui, passe par la création d’un cadre d’échange et de partage d’information autour des mécanismes de mise en œuvre du projet avec l’implication de tous les acteurs concernés.

« L’accès et l’utilisation des imageries satellitaires exigent un investissement important de la part de nos Etats. Compte tenu du contexte actuel de raréfaction des ressources financières et de la difficile situation économique de nos Etats, il importe plus que jamais de mutualiser les ressources, les compétences et les efforts. La coopération internationale et régionale est, en ce sens, une plus-value indispensable » a affirmé S.E. Mme Yolande Tano, représentante du Ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur.

Notons la participation des pays suivants : Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée Bissau, Mali, Niger, Mauritanie, Nigéria, Sénégal, Tchad, Togo, tous épris de la question fondamentale de la gestion de l’eau pour les terres agricoles et pastorales ; et du service de feux de brousse pour accroitre la surveillance des feux actifs par l’utilisation des informations d’observation de la terre par satellite.

Job. A
Commentaires


Comment