Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

L’Union européenne ne prolongera pas le financement de la sécurisation foncier rural en Côte d’Ivoire (Chef de délégation)
Publié le samedi 29 novembre 2014  |  AIP
Comment




Agboville, l’Union Européenne (UE) dit être dans l’impossibilité de poursuivre le financement du devis-programme de sécurisation foncier rural en Côte d’Ivoire, en réponse à une requête du ministère de l’Agriculture demandant une rallonge de subvention au terme du projet prévu en février 2015, annonce l’ambassadeur Philippe Lebussy, chef de délégation de l’UE dans le pays.

« Malheureusement, concernant le devis-programme, il n’y a pas de prolongation de financement possible », a affirmé l’ambassadeur Lebussy, suite au plaidoyer prononcé en faveur d’une prolongation, par Coulibaly Minaya Siaka, directeur de cabinet du ministre du l’Agriculture, lors de l’atelier portant sur le bilan partiel du projet, jeudi à Agboville.

« Les procédures de l’Union européenne ne sont pas très flexibles », a souligné le chef de la délégation de l’UE.

Il a par contre indiqué la possibilité pour son institution, de trouver « une suite » avec le ministère de l’Agriculture et l’ordonnateur national, vu que les opérateurs techniques seront encore sur le terrain jusqu’en mai 2016.

Selon lui, il y a globalement des choses qui pourraient êtres faites, afin que les opérateurs techniques ne se retrouvent pas tout seuls sur le terrain.

A plus de 80% de la fin du projet, seuls 5% des territoires villageois et 21% des parcelles à délimiter, ont pu être réalisés, sur 28 000 ha attendus dans cinq départements pilotes du pays, s’était inquiété le directeur de cabinet.

M. Lebussy soutient que des discussions ont eu lieu dans ce sens avec le ministère, et que des pistes de solutions sont envisagées et devraient être concrétisées par des requêtes spécifiques qui doivent être faites par le ministère de l’Agriculture, via l’ordonnateur national.

« Nous attendons ces pistes », a lancé le représentant de l’UE, rappelant qu’il pourrait y avoir des appuis possibles de la part du ministère de l’Agriculture, au financement à la poursuite du projet, si effectivement, les discussions aboutissaient.

L’objectif de l’atelier vise à présenter le bilan partiel des activités de terrain, dans les zones d’intervention du programme, en vue d’apporter les mesures correctives éventuelles. Il a enregistré la participation d’une importante délégation de l’Union Européenne (UE), bailleur du projet devis-programme numéro quatre, qui a été lancé le 22 août 2013, et qui devrait s’achever le 22 février 2015.

(AIP)
dd/tm
Commentaires


Comment