Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Chefferie traditionnelle: Noël Gnagno élu chef canton Paccolo (Gagnoa)
Publié le lundi 1 decembre 2014  |  AIP
Comment




Gagnoa, 1 déc (AIP) – Le chef de la tribu Guibouo et du village de Dodjagnoa, Noël Gnagno Sakalou, a été élu dimanche chef canton Paccolo par 14 voix contre sept à son adversaire, Florent Kéhiakéhi Gbadja, chef de la tribu Lorougnon et du village de Dougroupalégnoa, lors de l’élection du chef canton qui s’est tenue à Guibouo, localité située à 15 km de Gagnoa, route de Sassandra.

Le collège électoral, composé de 22 chefs de village du canton Paccolo, a pris part au scrutin qui s’est déroulé dans une bonne ambiance sous l’œil vigilant de deux agents des forces de l’ordre.
Les chefs de village, les jeunes, les femmes et les vieux ont accueilli, par des applaudissements nourris et des cris de joie, les résultats désignant M. Noël Gnagno comme le chef canton Paccolo.

"Je dis d’abord merci à tous ceux qui ont voté pour moi et même ceux qui n’ont pas voté pour moi. Toujours est-il que c’est le canton Paccolo qui gagne", a déclaré le nouveau chef du canton dans ses premières impressions, avant d’ajouter: "nous allons vite nous mettre au travail au service du canton Paccolo".

Il a félicité son "adversaire d’un moment, un aîné dont je vais bénéficier des sages conseils", évoquant par la suite ses priorités.
A ce sujet, le chef du canton, qui jouit désormais d’une légitimité acquise des urnes, entend finaliser l’organisation des femmes du canton qu’il veut utiliser comme "le fer de lance du développement du canton Paccolo".

"Si j’ai réussi à asseoir définitivement l’association des femmes du canton et à utiliser les femmes comme les amazones pour le développement de notre canton, j’aurai gagné un pari", a affirmé le chef Gnagno, n’oubliant pas la jeunesse, ainsi que la création d’une coopérative agricole pour tout le canton, la réhabilitation des routes et la santé des populations du Paccolo.

L’autorité traditionnelle a, par ailleurs, indiqué que, sous sa férule, le canton Paccolo va prendre une part active dans les activités du collège de la chefferie traditionnelle du département de Gagnoa, afin que, dans la distribution de la "manne nationale" (budget), un regard attendrissant soit accordé au canton Paccolo.
Selon lui, ce canton regorge de beaucoup de richesses forestières et agricoles, mais est plongé, depuis belle lurette, dans une léthargie qui ne dit pas son nom.

Les membres de la chefferie traditionnelle du canton Paccolo n’ont pas réussi, le 16 novembre, à Gnalégribouo, à choisir le chef de canton, deux camps étant opposés.

Le camp favorable à la désignation du chef canton par consensus était mené par le candidat Florent Kéhiakéhi Gbadja, et celui ayant opté pour un mode opératoire électif conduit par le candidat Noël Gnagno Sakalou n’ont pas pu accorder leur violon sur le mode opératoire.

Les partisans du chef Kéhiakéhi, capitaine de l’armée à la retraite, avaient argué que dans le canton Paccolo, comme pour maintenir la cohésion sociale, l’unité et l’entente entre tous les 22 villages, le choix des autorités coutumières se fait toujours par consensus, il faut rester dans cette veine, mais aussi mettre à la tête du canton, une personne "plus âgée et donc naturellement beaucoup plus sage".

Le camp du chef Gnagno, président du conseil des chefs du canton Paccolo, avait fait prévaloir le choix du chef canton par l’expression démocratique, c’est-à-dire par élection, justifiant sa position par le fait que ce mode opératoire a fait l’objet d’acceptation par les 22 chefs de village réunis le 26 octobre à Gagnoa, et qu’un comité électoral, mis sur pied, à cet effet, avait recueilli, le 2 novembre, des candidatures et fixé la date de l’élection au 16 novembre.

La tentative de médiation orchestrée auprès des deux chefs de village et de tribu pour arriver à un consensus ayant échoué, chaque entité campant sur sa position, le comité électoral indépendant présidé par le chef Yarabé Bawely a alors opté pour la tenue d’une élection pour désigner le chef canton Paccolo, en le reportant le scrutin à ce dimanche.

(AIP)
Ja/kp
Commentaires


Comment