Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

International

L’année 2014 pourrait être la plus chaude jamais enregistrée, selon l’OMM
Publié le jeudi 4 decembre 2014  |  Service d'information de l'onu
Le
© Autre presse par DR
Le Secrétaire général de l`Organisation météorologique mondiale (OMM), Michel Jarraud
Comment




L'année 2014 pourrait se révéler l'une des plus chaudes, si ce n'est la plus chaude, qui ait jamais été observée, selon une estimation préliminaire de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

« C'est dû en grande partie aux valeurs records de la température de surface de la mer à l'échelle du globe, valeurs qui demeureront très probablement supérieures à la normale jusqu'à la fin de l'année », a souligné l'agence onusienne dans un communiqué de presse. « Ces températures océaniques élevées ont contribué, avec d'autres facteurs, à engendrer des précipitations et des inondations d'une ampleur exceptionnelle dans de nombreux pays et des sécheresses extrêmes dans d'autres. »

D'après la déclaration provisoire de l'OMM sur l'état du climat mondial en 2014, la température moyenne de l'air à la surface du globe (terres émergées et océans confondus) pour la période janvier-octobre dépassait de quelque 0,57 degré Celsius la moyenne calculée pour la période de référence 1961-1990, qui est de 14,00°C, et de 0,09°C la moyenne des dix dernières années (2004-2013).

Si les mois de novembre et de décembre confirment cette tendance, 2014 sera probablement l'année la plus chaude jamais enregistrée, devant 2010, 2005 et 1998, ce qui confirme la tendance générale au réchauffement sur le long terme.

La période janvier-octobre a été anormalement chaude malgré l'absence d'un véritable épisode El Niño. Ce phénomène survient lorsque des températures de surface de la mer plus élevées que la normale dans l'est du Pacifique tropical interagissent avec les systèmes de pression atmosphériques et engendrent des rétroactions en chaîne, se répercutant sur les régimes météorologiques du monde entier.

Au cours de l'année, les températures de surface de la mer ont augmenté pour atteindre presque des niveaux correspondant à une anomalie El Niño, mais sans qu'il y ait une réaction de l'atmosphère. Il n'empêche que des régimes météorologiques et climatiques que l'on associe en général à un épisode épisode El Niño ont été observés un peu partout dans le monde.
... suite de l'article sur Autre presse

Commentaires

Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment