Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Assises, Transfèrement de Simone Gbagbo à la Haye…: la Côte d’Ivoire met fin au débat
Publié le vendredi 26 decembre 2014  |  Le Sursaut
L`ancienne
© AFP par SEYLLOU DIALLO
L`ancienne Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo
Comment




La crise postélectorale va connaître son épilogue avec l’ouverture des assises ce vendredi. Depuis la fin de cette crise, la préoccupation des autorités politiques et judiciaires a toujours été de faire des procès qui répondent aux standards internationaux. Le temps mis jusqu’à ce jour répond justement à cette préoccupation.

C’est aujourd’hui, sauf changement de dernière minute, qu’a lieu la rentrée solennelle des assises au palais de Justice à Abidjan-Plateau. Ce vendredi 26 décembre 2014 va donc consacrer le début des procès des inculpés de la crise postélectorale. Quelques 83 personnes proches de l’ancien régime, soupçonnées d’avoir commis des crimes graves sont concernées par ce procès. Parmi les personnalités qui seront jugées au cours de ces assises, la plus illustre reste l’ex-première dame Simone Gbagbo. Avec l’ouverture de ces assises la Côte d’Ivoire met définitivement fin au débat concernant le transfèrement ou non de l’ex-première dame à la prison de Scheveningen à la Haye. La Cour pénale internationale (Cpi) réclame sans cesse le transfèrement de Simone Gbagbo à la Haye. En effet, Simone Gbagbo est poursuivie depuis 2012 par la Cpi pour “meurtres, viols, et autres actes inhumains et actes de persécution’’. La Cour pénale internationale estime que les juridictions ivoiriennes ne sont pas en mesure de garantir à l’épouse de Laurent Gbagbo un procès équitable. D’où la demande sans cesse de son transfèrement à la Haye. Les autorités ivoiriennes avec à leur tête le chef de l’Etat Alassane Ouattara, se sont farouchement opposés à cette idée. Les réformes judiciaires engagées par Gnénéma Coulibaly depuis qu’il est à la tête du ministère de la Justice, permettent aux tribunaux ivoiriens d’être à la hauteur de la mission. Certes, ces assises s’ouvrent avec un peu de retard, mais il vaut mieux aller à un rythme qui ne laisse aucune chance à un procès bâclé. Poursuivie en Côte d’Ivoire comme la plupart des inculpés, pour “atteinte à la sûreté de l’Etat’’, Simone Gbagbo est attendue par le monde entier. C’est pourquoi les autorités se sont donnés le temps et des moyens conséquents afin de conduire un procès dans les règles de l’art. Ces assises qui coïncident avec les fêtes de fin d’année et le début de l’année 2015, une année électorale, se tiennent dans une période sensible. Les autorités ivoiriennes gagneraient à donner une prime spéciale à la sécurité des inculpés, et de tout le personnel judiciaire et parajudiciaire. Ceci, pour couper l’herbe sous les pieds de quelques malins qui voudraient profiter de cette occasion pour envenimer la situation socio-politique.

Jean Philippe Okann
Commentaires

Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment