Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Démobilisation des ex-combattants / (Kaba Sory, président de l’Adci) :
Publié le lundi 29 decembre 2014  |  Le Sursaut
Comment




«Tous nos hommes n’ont pas déposé les armes prises sur la ligne de front »

Dans le souci de sensibiliser les ex-combattants à déposer leurs armes, il a été porté sur les fonts baptismaux une Association des démobilisés de Côte d’Ivoire (Adci) à Bouaké. « Le Sursaut » a rencontré son président, Kaba Sory, qui nous en dit davantage.

Le Sursaut : Quels sont les objectifs visés en engageant votre structure à signer, récemment, une convention avec l’Addr ?

Kaba Sory : Cela répond au souci de contribuer à la consolidation de la sécurité et de la paix dans notre pays. Et cette convention vise trois objectifs clés. D’abord, sensibiliser nos amis qui ont encore des armes à les déposer ; ensuite, suivre leur insertion socio professionnelle et la réalisation de leur projet. Nous nous connaissons tous pour avoir fait les mêmes fronts. Tous nos hommes n’ont pas déposé les armes prises sur la ligne de front. Plusieurs camarades m’appellent pour déposer leurs armes, mais ils soutiennent qu’ils n’ont pas confiance au gouvernement. A les en croire, les premiers qui ont déposé les armes n’ont pas encore reçu leurs projets. Ils sont là et nous les connaissons très bien. Désormais, tous ceux qui donneront leurs armes partiront en formation le mois suivant. Le patron de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration des ex-combattants (Addr), Fidèle Sarassoro, est d’accord avec ce principe.

D’où vous est-il venu l’idée de créer une association des démobilisés de Côte d’Ivoire ?

L’association a vu le jour en 2007. Nous avons été interpellé par le fait que, dans la presse, les attaques à main armée et les vols sont toujours imputés aux démobilisés. Je voudrais rappeler que ce n’est pas vérifier à 100 %. Il y’a toujours des brebis galeuses dans chaque groupe. Mais, les vrais guerriers sont très conscients et ne se mêlent pas des faux coups. Ils ont eu une raison de prendre les armes, la guerre est finie, ils ont donc une conscience développée pour retourner à leur occupation ancienne. La preuve, l’Addr est déjà à plus de 42 000 ex-combattants insérés. Cela veut dire que nous voulons travailler pour aider notre mère patrie.

L’Addr vous a remis du matériel bureautique dans la première quinzaine du mois de décembre. A quoi répond un tel don là où les ex-combattants sont appelés à déposer les armes ?

Au nom de tous mes camarades, je remercie l’Addr et le Préfet Aka Konin. Ils ont vu juste de nous accompagner en nous soutenant avec du matériel de bureau. Certainement qu’ils apprécient le grand et difficile travail que nous abattons. Car, ce n’est pas du tout facile de convaincre quelqu’un qui a une arme et qui doute de ses administrateurs. Cependant, je peux dire qu’il y a une longueur d’avance parce que les démobilisés respectent beaucoup notre organisation. Puisque nous nous maitrisons, il s’agira de renforcer la communication à la base. Et nous sommes favorables aux aides des bonnes volontés car c’est pour le bonheur et la pacification de la Cote d’Ivoire.

Tuo Tchang (à Bouaké)
Commentaires


Comment