Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Discours de madame le ministre de la communication lors de la cérémonie d’ouverture de la 16ème édition d’Ebony
Publié le dimanche 11 janvier 2015  |  Ministères
Cérémonie
© Ministères par DR
Cérémonie d’ouverture de la 16ème édition d’Ebony
Samedi 10 janvier 2015. Yamoussoukro.Photo: Affoussiata Bamba-Lamine
Comment




- Madame la marraine Henriette Konan BEDIE ;
- Monsieur le Gouverneur du District de Yamoussoukro ;
- Monsieur le Directeur Afrique de la Fédération Internationale des Journalistes ;
- Monsieur le Président de l’Union des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest ;
- Chers amis de la Presse ;
- Honorables et distingués invités ;
- Mesdames et Messieurs, en vos titres, grades et qualités ;

Avant l’entame de mon allocution, je voudrais que nous nous souvenions et rendions un vibrant hommage aux douze victimes de l’horrible attentat, que dis-je la tragédie, perpétrée le mercredi 07 janvier dernier, par des fanatiques au sein de la rédaction du journal satirique français « CHARLIE HEBDO ».

C’est pourquoi Mesdames et Messieurs, je vous demande de bien vouloir vous lever et d’observer une minute de silence en la mémoire de ces combattants de la liberté de la presse, tombés sur le champ de bataille.

Je vous remercie.

Mesdames et Messieurs,
Avant tout propos, je voudrais d’abord rendre un hommage déférent à Madame Henriette Konan BEDIE, Présidente de l’ONG « SERVIR », qui a bien voulu associer sa prestigieuse image à la présente manifestation, en acceptant d’en être la marraine.

Madame la marraine, je vous adresse au nom de la grande famille de la Communication, l’expression de notre infinie gratitude pour cet acte de disponibilité et générosité.

A vous-même et à votre auguste époux, Son Excellence Monsieur le Président Henri Konan BEDIE, je voudrais dire toute notre admiration pour votre engagement citoyen et votre soutien sans faille au Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA.

Mesdames et Messieurs,
C’est avec un immense plaisir que je préside la présente cérémonie de remise des Ebony, fête de célébration des champions de la plume et du micro.

Je salue tout particulièrement les Ministres (ou leurs représentants) dont la présence distinguée rehausse aussi cette cérémonie, et témoigne surtout de la solidarité gouvernementale.

Au nom de la grande famille des médias ivoiriens, je dis également merci à tous les autres invités, venus partager avec nous l’ambition de voir naître en Côte d’Ivoire une véritable presse de construction nationale, que dis-je, une presse d’émergence.

Mesdames et Messieurs, chers amis de la presse,
Cette soirée d’excellence organisée par l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) me donne l’agréable occasion de vous adresser mes vives et chaleureuses félicitations pour le travail accompli tout le long de l’année 2014, dans vos rédactions respectives.

Comme d’habitude, la presse nationale, toutes sensibilités confondues, a été présente en permanence dans nos kiosques, à la télévision, à la radio, sur nos tablettes et sur nos téléphones portables durant la période indiquée.

D’emblée, je note que le thème retenu cette année en dit long sur la volonté des journalistes ivoiriens de se donner la main pour relever le défi de l’excellence.

Il est en effet tout à votre honneur d’avoir placé cette 16ème édition des Ebony sous le sceau de la solidarité. Ce concept, loin d’être un vain mot, doit être compris comme un véritable engagement de la presse à aller de l’avant, à l’image de la Côte d’Ivoire.

Comme vous le savez, après une décennie de crise, notre pays est à nouveau au travail sous la conduite éclairée du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA.

En témoigne les grands projets déjà réalisés ou qui seront très bientôt livrés. Alors que nous sortions de crise, je vous avais rappelé à chacune de mes sorties, le rôle social de la presse en faveur de la réconciliation.

Au moment où d’importantes actions sont réalisées dans les secteurs des Infrastructures, de la Presse, des Transports, bref dans tous les domaines, je ne peux, encore une fois, qu’inviter les journalistes à accompagner ces projets, par la critique constructive et non dans la négation des efforts consentis par le gouvernement.

En effet, la Côte d’Ivoire a trop souffert pendant ces dix dernières années par notre faute à nous tous.

Tournons cette page triste de notre histoire. Aidons-la à s’engager résolument dans la voie du progrès et du développement.

Mesdames et Messieurs les journalistes,
M’adressant à vous en particulier, je vous invite à définitivement tourner le dos à la désinformation et à l’intoxication.

Montrez que vous êtes conscients de l’intérêt national et des enjeux de l’émergence, car seule une presse responsable peut constituer le socle de la démocratie.

A cette fin, la Solidarité, thème clef de cette célébration, vous interpelle plus que jamais ; de même que les deux autres vertus cardinales qui y sont associées : la responsabilité et la maturité.

En effet, pour accéder à l’Emergence tant souhaitée par le Président de la République, la Côte d’Ivoire a plus que jamais besoin de solidarité, non seulement entre journalistes, mais aussi et surtout entre tous les citoyens ivoiriens ; solidarité aussi avec tous ceux à qui notre pays a accordé son hospitalité.

François Proust ne dit-il pas : « Sans solidarité, performances ni durables ni honorables. »
Mais, faut-il le rappeler, l’une des manifestations de cette solidarité est la responsabilité des uns envers les autres. Il faut pour cela développer un esprit civique élevé. L’atteinte de l’Emergence est un combat commun qui exige de la discipline. Valeur à laquelle nous invite déjà notre devise nationale.

S’agissant spécifiquement de vous les journalistes, votre devoir de responsabilité est encore plus grand.

En effet, 2015 est une année électorale. Et, les professionnels des médias qui ont été indexés pour diverses raisons fondées ou non, comme ayant contribué à entretenir la haine ces dernières années, ont l’occasion de se racheter.

Autant vos plumes peuvent apaiser les cœurs, autant elles ont le pouvoir de réveiller des rancœurs.

Manier-les avec res-pon-sa-bi-li-té !
J’ai foi en votre capacité professionnelle à œuvrer pour la préservation de la paix et de la stabilité de notre pays.

L’intérêt de la Côte d’Ivoire est au-dessus des idéologies politiques, des lignes éditoriales de vos entreprises de presse. Quinze ans après la création de l’UNJCI, les journalistes de ce pays ont l’opportunité de prouver leur maturité à ceux qui en doute encore.

Les prochaines élections devront rassembler les Ivoiriens au lieu de les diviser. Mais je sais pouvoir compter sur la presse nationale pour marquer ces moments historiques d’une pierre blanche.

Mesdames et Messieurs, chers candidats, chers postulants,

L’an dernier, deux prix sectoriels n’avaient pas été attribués: le Prix spécial du ministère de la Culture et le “Prix Jean-Pierre Ayé de la meilleure interview. Plus grave, le jury, à l’unanimité de ses membres avait refusé de décerner le prix Super Ebony, les notes obtenues par les candidats étant trop faibles.

J’espère que les prétendants de cette année seront à la hauteur.

Mesdames et Messieurs, chers invités,
Je ne saurais terminer sans sacrifier à la tradition en vous présentant mes meilleurs vœux de bonheur, de succès dans vos entreprises et de paix dans vos foyers à vous-mêmes, à toutes vos familles et à toute la Côte d’Ivoire.

Que la nouvelle année marque l’émergence d’une presse ivoirienne résolument tournée vers le professionnalisme.

Excellente soirée à toutes et à tous.
Et vive les EBONY 2014.
Je vous remercie
Commentaires


Comment