Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Croissance inclusive: les quatre priorités qui s’imposent au gouvernement
Publié le jeudi 29 janvier 2015  |  Le Sursaut
Conseil
© Présidence par DR
Conseil des Ministres extraordinaire présidé par le Chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara
Mercredi 07 janvier 2015. Un Conseil des Ministres s`est tenu, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence du Chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara
Comment




Les autorités ivoiriennes tiennent coûte que coûte à leur désir de remettre le pays sur le chemin de la croissance et la prospérité. Les performances réalisées au cours de ces trois dernières années l’attestent: 10,7% en 2012; 9,2% en 2013, puis, un peu plus de 9% en 2014. Mais ces chiffres suffisent-ils pour justifier une croissance à tous les niveaux?

La croissance tant entendue en Côte d’Ivoire, se vit à divers niveaux. Même si des efforts sont faits, à travers des réalisations dont certaines sont en cours, d’autres terminées ou en instance de finition, le problème de pauvreté demeure. Car, le quotidien des Ivoiriens n’a pas encore changé. Dans les foyers, le sachet de la ménagère existe toujours. Ce qui traduit la persistance du niveau de pauvreté. Peu sont encore ces habitants qui n’arrivent donc pas à assurer les trois repas quotidiens. Dans les familles les plus nombreuses, l’on continue de pratiquer ce qu’il est convenu d’appeler ‘’la mort subite’’; c’est-à-dire, un seul repas par jour. Pis, une seule sauce peut se manger sur deux à trois jours. Ce qui n’est d’ailleurs pas conseillé par les services diététiques. Car, une telle alimentation ne contient aucune vitamine, mais devient un poison pour le consommateur. En dépit de quelques intentions, le chômage bat toujours son plein; les hôpitaux publics peu équipés, à telle enseigne que pour un examen de sang, les malades sont parfois contraints d’attendre deux à trois jours voire plus, pour espérer à un résultat. Tout simplement, l’examen doit se faire dans un centre privé. La sécurité, un des facteurs encourageant l’initiative privée, demande encore un peu plus d’actions sur le terrain. Ces derniers jours, les enlèvements d’enfants en ont rajouté au lot de doléances des Ivoiriens et de tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire qui souhaitent un mieux-être et qui ont beaucoup cru au programme économique des nouvelles autorités du pays. A l’analyse, (4) priorités devant conduire à une croissance inclusive, s’imposent : capacité de mobilisation de ressources, investissement dans le secteur privé, réduction de la pauvreté et puis adaptation de la politique de formation aux besoins du marché de l’emploi.

Capacité de mobilisation de ressources
Entre autres facteurs, la mobilisation de ressources financières constitue l’épine dorsale des éléments devant impulser la croissance. A ce niveau, il convient de relever les efforts du gouvernement, en termes de stratégies de collecte de fonds. Lesquelles doivent être conditionnées par la poursuite et l’amélioration des réformes économiques et financières. Nialé Kaba, ministre auprès du Premier ministre chargée de l’Economie et des Finances préconise, au titre de 2015, une gestion plus dynamique de la trésorerie de l’Etat. «Nous allons d’une part établir un cadre de gestion plus renforcé de cette gestion, en liaison avec les procédures, mais aussi avec la mise en œuvre du compte unique du Trésor. D’autre part, nous allons renforcer la concertation avec le département sœur du Budget, une bonne gestion de la Trésorerie étant tributaire de la bonne budgétisation des activités», annonce-t-elle. La ministre promet en outre, de poursuivre la mise en œuvre de la stratégie de réforme du secteur financier adoptée en 2014, pour renforcer l’inclusion financière dans le pays afin offrir aux entreprises les conditions nécessaires pour le financement de leurs activités. Concernant toujours la mobilisation des ressources, des institutions financières comme le Fmi, ont émis avis favorables, mais souhaitent qu’elle se fasse, suivant le ratio d’endettement. Dans cette perspective, la ministre Nialé Kaba a annoncé l’intention du gouvernement de solliciter sur le marché international des capitaux, avec une nouvelle opération d’Eurobonds, dès février 2015. La précédente opération a permis au pays de collecter de 375 milliards de Fcfa contre un objectif initial de 250 milliards de Fcfa.

Encourager les initiatives privées
Grand contributeur de devises au titre des impôts, l’investissement fait partie du programme économique du Président Ouattara. Pour mettre à exécution sa politique économie, des mesures ont été prises dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires. Depuis trois (3) ans, lesdites mesures ont trait entre autres, à la réduction des coûts fiscaux de création d'entreprise relatifs aux droits d'enregistrement pour une Société A Responsabilité Limitée (Sarl) dont le capital social n'excède pas dix millions de Fcfa ; à la réduction des délais de création d’entreprise de 8 jours (selon le Doing Business) à 2 jours ; à la réduction du nombre de procédures d’octroi du permis de construire de 16 à 11 et le délai de 364 à [87] jours ; à la réduction du délai de traitement de la demande à la Compagnie ivoirienne d’Electricité (Cie), du certificat de conformité Securel, de l’étude par le sous- traitant et de la validation Cie, de 24 jours à 14 jours ; à la réduction du délai de connexion de la Compagnie Ivoirienne de l’Electricité (Cie) de 14 jours à 5 jours. La mise à exécution de ces différentes mesures ont permis à la Côte d’Ivoire de faire un bond qualitatif et quantitatif, en termes de création d’entreprises. A fin novembre 2014, le Cepici annonçait la création de 5.983 entreprises dont 38% d’entreprises individuelles, 57% de Sarl et 5% de SA, Gie, Sci etc. Ces entreprises ont permis à la Côte d’Ivoire d’enregistrer 320 milliards Fcfa à titre d’investissements, pour 3833 emplois projetés. A la pratique, le problème de l’emploi n’est réglé qu’en infinie partie, tant les besoins demeurent importants. D’aucun parleraient d’un échec de la politique de décentralisation de l’emploi. A preuve, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a dû monter au créneau, en organisant un conseil présidentiel sur l’emploi jeune. Pas pour désavouer les initiatives déjà en cours, mais pour accélérer ce rythme de création d’emploi afin de rendre la croissance inclusive. Il s’agit d’occuper la population sans emploi, jusque-là considérée par les institutions financières internationales comme une bombe sociale à retardement.

Réduire le taux de pauvreté
La pauvreté, c’est aussi les populations des zones rurales. Celles-ci ont besoin d’être aidées afin d’entreprendre des activités génératrices de revenus, à même d’assurer les besoins les plus élémentaires, au quotidien. Certes, des initiatives avaient été entreprises, mais le besoin demeure. Les initiatives privées. Et l’idéal pour une croissance inclusive qui prenne en compte toutes les couches socio-économiques. Les facilités d’accès aux prêts ne devaient poser de problème. Selon le Fmi, les autorités ivoiriennes ont l’intention de continuer à renforcer le secteur bancaire public et, de manière plus générale, de développer l’intermédiation financière afin d’accroître le crédit aux entreprises, surtout aux petites et moyennes entreprises. En particulier, après la fermeture d’une banque publique en septembre 2014, le gouvernement a répété que l’État était déterminé à se retirer du capital d’une autre banque publique dans laquelle il détient une participation minoritaire d’ici la fin de 2014. En 2015, elles ont l’intention de continuer à mettre en œuvre le plan de restructuration des banques publiques en adoptant diverses mesures, y compris la privatisation ou la restructuration des banques publiques restantes, et la redéfinition du rôle des banques qui, en fin de compte, resteront dans le giron public. Les autorités sont aussi en train de mettre en place une structure administrative pour mettre en œuvre leur stratégie de développement du secteur financier.

Assurer l’adéquation formation-emploi
Un des facteurs d’impulsion de la croissance, c’est la question de l’adéquation entre la formation et l’emploi. Le ministre de la Recherche scientifique et de l’Enseignement supérieur, Gnamien Konan, pourrait être sur la bonne voie, même si ses réformes ne sont pas partagées par tous. Mais la tendance actuelle, c’est d’aller vers une formation scientifique prenant en compte les besoins du marché actuel. «Les priorités du gouvernement sont affichées ; le plus grand nombre de nos populations, en particulier les jeunes et les femmes, doivent ressentir les effets de l’embellie économique», assure la ministre Nialé Kaba.


HK
Commentaires


Comment