Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire : le gouvernement promet de bonnes conditions sécuritaires pour les élections
Publié le jeudi 29 janvier 2015  |  Xinhua
Sécurité
© Abidjan.net par Atapointe
Sécurité et défense: la gendarmerie rend hommage au Général Kouassi Kouakou Gervais
Mercredi 10 décembre 2014. Abidjan. Le Général Kouassi Kouakou Gervais promu en novembre dernier par le Chef de l`Etat au grade de General de corps d`armée a été célébré à l`école de gendarmerie. Le ministre Paul Koffi Koffi, délégué à la défense a pris part à la cérémonie.
Comment




Le ministre ivoirien de la Défense Paul Koffi Koffi a indiqué mercredi à Abidjan que les autorités sécuritaires vont oeuvrer pour que les prochaines élections présidentielles se déroulent dans de bonnes conditions.

M. Koffi Koffi qui intervenait lors d'un entretien avec des journalistes a noté qu'un plan de sécurisation des élections devra être élaboré par les forces de sécurité ivoiriennes avec l'appui des forces de l'ONU et des Forces françaises en Côte d'Ivoire.

Pour lui, la situation sécuritaire globale dans le pays est " acceptable".

"La situation sécuritaire s'améliore en Côte d'Ivoire. L'indice d'insécurité est aujourd'hui en dessous de la barre de 1,5", s'est réjoui Paul Koffi Koffi.

De son avis, les forces armées et les forces de sécurité ont mené des actions d'envergure pour atteindre ces résultats.

"Les attaquants qui avaient attaqué la localité de Grabo ont été repoussés. Nous avons renforcé le dispositif sécuritaire dans la zone pour prévenir et dissuader toute attaque", a assuré le ministre de la Défense.

La sécurisation constitue l'un des défis majeurs à relever pour les prochaines élections présidentielles prévues pour octobre 2015.

Pour plusieurs observateurs, le scrutin, en plus d'être " inclusif, transparent et équitable", doit se dérouler dans des conditions optimales de sécurité afin de tourner définitivement la page des violences post-électorales de 2010 et 2011 qui ont fait plus de 3.000 morts.
Commentaires


Comment