Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Le RHDP est mort. Vive le PDCI-RDR! (Chronique de Guy TRESSIA)
Publié le dimanche 1 fevrier 2015  |  Ivoire-Presse
Rentrée
© Partis Politiques par DR
Rentrée politique du RHDP
Samedi 06 décembre 2014. Abidjan. Le directoire du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix en Côte d`Ivoire (RHDP) fait sa rentrée politique.
Comment








La mort du RHDP est pour 2015, juste après les élections, si n’est déjà fait. Son certificat de décès s’appelle «L’Appel de Daoukro». Bédié a rompu l’alliance des Houphouétistes. «PDCI-RDR». Voilà la nouvelle alliance, le parti unifié annoncé par le Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, le 17 septembre 2014 à Daoukro. Il n’a pas dit «un parti unifié RHDP». Du coup, l’alliance change de nom. Dans l’esprit et la lettre de cet appel, l’UDPCI et le MFA devraient se considérés, tout au plus, comme de simples courants à l’intérieur du parti unifié PDCI-RDR. Dans le cas contraire, ils peuvent quitter l’alliance et cela n’aura aucun effet sur la nouvelle alliance PDCI-RDR. L’alternance ne se fera qu’entre le PDCI-RDA et le RDR. Vu que la légitimité nationale de ces deux partis politiques n’est plus à démontrer. Elle se juge au nombre de sièges au Parlement. Aux dernières élections législatives de 2011, le nouveau visage du parlement ivoirien se présente comme suit : RDR (134 députés), PDCI-RDA (90 députés), UDPCI (9 députés), MFA (0 député). PDCI-RDR (224 députés sur 255). La part du lion. 87, 84% des sièges. Aux élections couplées Municipales-Régionales de 2013, ces deux partis se sont encore taillés la part du lion. C’est à juste titre que les décisions du RHDP se prennent presqu’entre les deux leaders des deux grands partis du RHDP. Les négociations aussi se passent entre Bédié (l’aîné, président du PDCI) et Ouattara (le jeune frère, président du RDR qui n’a pas encore quitté la présidence de son parti, en contradiction les lois ivoiriennes). «Pour une alliance forte, il faut des partis individuellement forts. Si nous voulons qu’on nous respecte et qu’on nous choisisse pour l’alternance en 2020, c’est maintenant qu’il faut investir le terrain et accroître le nombre de nos militants. En 2020, si nous sommes une véritable force politique qui compte, l’alternance se fera avec nous», aime à dire le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, Pr Maurice Kakou Guikahué, demandant ainsi aux militants du parti doyen de «patienter et d’invertir le terrain» pour que leur parti soit aussi fort, pour ne pas que l’alternance leur échappe en 2020.
Toutefois, le Président Bédié avait déjà verrouillé la nouvelle alliance avec le RDR. «L’objectif d’une telle candidature est double (Ndlr, parlant de la candidature unique de Ouattara soutenue par le PDCI-RDA) : d’abord, assurer le succès du RHDP aux élections de 2015 dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire et de la paix. Ensuite, aboutir à un parti unifié, PDCI-RDR pour gouverner la Côte d’Ivoire, étant entendu que ces deux partis sauront établir entre eux l’alternance au pouvoir dès 2020», a conclu Henri Konan Bédié dans son appel de Daoukro. Il ne dit pas les quatre partis, mais «ces deux partis sauront établir entre eux l’alternance au pouvoir dès 2020». L’alternance ne se fera qu’entre le PDCI et le RDR. L’UDPCI et le MFA étant exclus d’office, ils ne devraient pas se compter parmi les élus de cette «alternance dès 2020». Ils peuvent donc se porter candidats aux noms de leurs partis respectifs, mais pas au nom du PDCI-RDR, la nouvelle alliance consacrée par l’appel de Daoukro. La démocratie, c’est plus la loi du plus grand nombre que celle du consensus.
GUY TRESSIA, Directeur-Gérant de Africanewsquick.info
Commentaires


Comment