Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Présidentielle 2015: Bombet rejoint Essy Amara
Publié le lundi 16 fevrier 2015  |  Soir Info
Emile
© Autre presse par DR
Emile Constant Bombet, ancien ministre de l’Intérieur
Comment




Emile Constant Bombet, une des figures emblématiques du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( Pdci-Rda), a rejoint l’équipe de campagne de M. Essy Amara, candidat déclaré à la présidentielle de 2015, nous appris, le jeudi 12 février 2015, dans nos locaux, un de ses proches, lui-même membre du staff.

L’ancien très influent ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur d’Henri Konan Bédié, serait, selon notre source, « le pilier central », voire la « Tour de contrôle » du système mis en place par le candidat Essy Amara. « C’est Emile Constant Bombet qui coordonne toutes les activités. Il est au four et au moulin. C’est lui qui donne les grandes orientations et définit les stratégies de terrain » nous a encore confié notre interlocuteur, lui-même ponte du Pdci-Rda.

Emile Constant Bombet et Essy Amara, alors respectivement ministres de l’Intérieur et des Affaires Etrangères, avaient été les premiers à quitter le gouvernement d’Alassane Ouattara, à la mort d’Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993, pour rejoindre Henri Konan Bédié, au plus fort de la crise de succession qui opposait le Premier ministre et le dauphin constitutionnel, Henri Konan Bédié. Ce colonel à la retraite, frustré de n’avoir pas eu le grade de général qu’il convoitait sous Bédié, a une dent bien aiguisée contre le président du Pdci. L’ancien préfet de Korhogo, nommé ministre de l’Intérieur par Houphouët-Boigny, puis reconduit par Bédié, Emile Constant Bombet s’était révélé un activiste implacable contre la nationalité ivoirienne du président Alassane Ouattara. Ce natif de Rubino (département d’Agboville), mais originaire de Bangolo (région du Guemon), avait notamment marqué les esprits des Ivoiriens par cette formule restée célèbre, lorsque le ministre de la justice et des Droits de l’Homme d’alors, Jean Kouakou Brou, avait annulé, le 28 octobre 1999, un authentique certificat de nationalité d’Alassane Ouattara, que lui avait délivré le juge Zoro Bi Ballo, au tribunal de Dimbokro, le 28 septembre 1999 : « On lui demande de prouver sa nationalité en produisant un simple petit papier et il crie au loup » avait-il déclaré.
... suite de l'article sur Soir Info

Commentaires


Comment