Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Le forum recommande une vision commune pour promouvoir les partenariats économiques entre les pays africains
Publié le samedi 21 fevrier 2015  |  AIP
3ème
© Autre presse par DR
3ème édition du Forum International Afrique Développement
La 3e édition du Forum international Afrique Développement s`est ouverte ce jeudi 19 février 2015 à Casablanca (Maroc).
Comment




Casablanca - La 3ème édition du Forum international Afrique Développement (FAD) s’est achevée, vendredi, à Casablanca (Maroc) par l’adoption de recommandations dont le développement d’une vision commune pour promouvoir les partenariats économiques entre les pays africains, en matière d’énergie, de la valorisation des ressources agricoles et la sécurité alimentaire et d’infrastructures.

Les pays africains doivent trouver des points de convergence pour les échanges commerciaux et la promotion des ressources naturelles, afin d’assurer une intégration économique durable.

Ainsi, le forum recommande, en matière d’énergie électrique, d’inscrire les stratégies nationales individuelles dans le cadre global du marché international (offre, besoins, changements structurels etc.), en vue d’une réponse commune dans un marché global, la nécessité de coordination de ces stratégies via la mise en place de synergies régionales, la convergence réglementaire, la possibilité de coexistence et de synergies entre différents hubs en Afriques.

Il préconise de relever le défi de dimensionnement et d’entretien de l’énergie électrique. Ainsi chaque maillon de la chaine de valeurs doit être viable, avoir un schéma directeur intégré et un Business Plan bien évalué ainsi qu’une coordination efficace entre les maillons de la production.

Le Maroc doit se servir de ses compétences acquises grâce au programme d’électrification rurale (100000 personnes employées dans le secteur) pour développer ses activités à l’étranger (co-développement, coproduction, co-localisation) à l’instar de ce qui a déjà été fait en 2014 à Ouagadougou, Libreville et Brazzaville, ambitionner de passer à l’étape "Energie version 2.0", notamment en termes d’énergies renouvelables, identifier les besoins d’investissement et mise à niveau des Infrastructures en Afrique à l’horizon 2035.

En outre la valorisation des ressources agricoles et la sécurité alimentaire devra se fonder sur la promotion de l’autosuffisance alimentaire en Afrique pour l’ensemble des pays, vu sa dimension économique, sociale et sécuritaire, développer le secteur agricole, afin de constituer le meilleur moyen de freiner l’exode rural et la nécessité de gérer les divergences d’horizons entre le temps agricole (long terme) et celui des marchés (court terme).

En cette matière, le forum recommande de s’inspirer de la politique agricole commune (PAC), mise en oeuvre en Europe, dresser les défis relatifs aux titres fonciers et à la réglementation de la location de terrains, afin de faciliter l’accès au financement du secteur, mettre en place une fiscalité incitative à la transformation locale de produits bruts par des acteurs locaux ou attirer des multinationales à transformer localement, innover pour des méthodes d’irrigation plus efficaces et un financement commun des moyens d’acheminement de l’eau et intégrer les petits producteurs dans le processus et la stratégie nationale agricole. Les Etats devront faire de grands aménagements, afin d’accueillir de grands projets agricoles.

Il s’agit par de s’engager dans des investissements prioritaires en mettant en œuvre des politiques efficientes pour drainer de bons mouvements de capitaux, en matière d’infrastructures, des enjeux, des modes de partenariat et de financement, accélérer la mise à niveau de la gouvernance notamment celle des projets d’infrastructures, qui peuvent de ce fait être des investissements profitables pour les détenteurs de capitaux et les bailleurs de fonds internationaux et leur assurer une viabilité et une soutenabilité à terme.

Le 3ème FAD recommande de développer des projets communs d’infrastructure à même d’accélérer l’intégration régionale et la coopération sud-sud, coordonner à l’échelle régionale pour prioriser efficacement les projets d’investissements en infrastructure de chaque pays ; Œuvrer à créer des groupes panafricains de taille mondiale à même de mener des grands projets dans la région.

Et s’approprier les projets de développement de places financières régionales qui coordonne efficacement entre les différentes places nationales. Il en est de même pour les hubs logistiques (maritimes et autres…) ainsi que créer des plateformes logistiques dans les sous-régions (avec des réseaux de transport fiables et sécurisés); pour les hubs existants (ex Tanger Med), créer des synergies avec des ports Africains et des zones de liaison entre les hubs.

La 3édition du Forum international Afrique Développement a réuni plus de 1200 opérateurs économiques et institutionnels autour du thème "Le temps d’investir". Plus de 4500 rendez-vous B to B y ont été enregistrés visant à terme à sceller des partenariats d’affaires.
Commentaires


Comment