Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Afrique de l’Ouest: la Fesci à la tête des Associations estudiantines
Publié le jeudi 5 mars 2015  |  Nord-Sud
Comment




Parti au Burkina pour un atelier sur la vie estudiantine, Assa Fulgence, Sg de la Fesci, a été élu à la tête de la Confédération estudiantine et scolaire de l’Afrique (Cesa).

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) a manifestement bonne presse en dehors de nos frontières. Fraîchement arrivé de Ouagadougou avec ses collaborateurs, Assa Fulgence, le secrétaire général de la Fesci, a annoncé hier que son organisation vient d’être élue à la tête de la Confédération estudiantine et scolaire de l’Afrique (Cesa). Cette confédération regroupe les organisations syndicales du Burkina Faso (Fesci-BF), du Mali (Aeem), de la Côte d’Ivoire (Fesci) et du Bénin (Uneb). Au cours d’une conférence de presse animée à l’université Félix Houphouet-Boigny, M. Assa a précisé que c’est désormais lui le secrétaire général de la Cesa. Et cette élection, selon lui, est survenue au terme d’un atelier organisé le 28 février dernier à l’amphi C300 de l’Université de Ouagadougou, sous le thème : «Contribution estudiantine pour une intégration véritable des peuples et d’un système éducatif à la taille de nos attentes». Selon le dirigeant de la Fesci, c’est une bonne nouvelle pour la Côte d’Ivoire et pour les syndicats estudiantins et scolaires du pays. L’occasion pour lui de revenir sur leurs revendications. Ce sont entre autres la rétrocession des cités universitaires aux étudiants, la gestion transparente des bourses des étudiants, la baisse des droits d’inscription dans les grandes écoles. «Nous avons donné un mois aux autorités pour répondre à nos préoccupations. Et c’était en début février, lors de nos discussions avec le conseiller spécial du président de la République chargé de l’Enseignement supérieur et avec le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ce délai est passé et nous allons voir la position à adopter», met en garde Assa Fulgence. Depuis son élection à Ouagadougou, le patron de la Fesci se sent fort.

Raphaël Tanoh
Commentaires


Comment