Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire/cacao: éviter "le démon de la surproduction" après une recolte historique
Publié le jeudi 5 mars 2015  |  AFP
Cacao
© Autre presse
Cacao - Docteur Jean-Marc Anga, Directeur Executif de l`ICCO
Comment




Abidjan - La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao dont la campagne 2014 s’est soldée par des récoltes historiques, doit éviter "le démon de la surproduction", qui impacterait négativement sur les cours mondiaux, a averti jeudi l’Organisation internationale du cacao (ICCO).

Pour le marché mondial, "il est difficile voire impossible qu’une production nationale passe d’un 1,3 million (en 2013) à 1,74 million de tonnes de cacao. 400.000 tonnes de plus, c’est énorme!", a mis en garde Jean-Marc Anga, directeur exécutif de l’ICCO, lors d’une conférence de presse.

A ce rythme, la production ivoirienne pourrait atteindre "deux millions de tonnes voire plus, dans cinq ans". La Côte d’Ivoire en conséquence "doit veiller à ne pas être prise par le démon de la surproduction", a-t-il prévenu.

La surproduction ivoirienne et celle des autres pays producteurs(Ghana, Nigeria, Cameroun, l’Indonésie) "auront un effet négatif sur les cours mondiaux du cacao", selon l’ICCO.

M. Anga a appelé les pays producteurs à augmenter leurs récoltes de "façon raisonnable" pour répondre aux demandes des pays émergents comme la Chine, la Russie, le Brésil et l’Inde.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur de cacao avec plus de 35% des récoltes mondiales. Le secteur agricole - surtout le cacao - y représente 22% du PIB, plus de 50% des recettes d’exportation et surtout les deux tiers des emplois et des revenus de la population, selon la Banque mondiale.

Selon les prévisions de l’ICCO, la campagne 2015 en cours va baisser de 1,74 million à 1,72 million de tonnes pour la Côte d’Ivoire et de 920.000 à 850.000 tonnes pour le Ghana, deuxième producteur mondial.

Au total, les récoltes mondiales vont chuter en 2015 en raison des parasites et des facteurs climatiques liés à l’harmattan (vent très sec venant du Sahara), pronostique le directeur de l’ICCO, dont le siège est à Londres.

ck/jf/ahu
Commentaires


Comment