Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire : la société civile salue la nomination de Mgr Ahouana à la tête de la CONARIV
Publié le vendredi 27 mars 2015  |  APA
Comment




Bouaké (Côte d’Ivoire) - La société civile de Bouaké a estimé, vendredi, que la récente nomination de Mgr Paul Siméon Ahouana Djro, Archevêque métropolitain de Bouaké à la tête de la toute nouvelle Commission nationale de réconciliation et de l’indemnisation des victimes (CONARIV) ‘’va faire bouger les choses.’’

Pour Suzanne Zongo, membre de la Plateforme de la société civile pour la paix et la démocratie (PSCPD), avec le ‘' franc parler et le sens de la justice et de la vérité'' du guide religieux, la nouvelle institution conduira à ‘'une réconciliation effective des populations ivoiriennes''.

Au niveau des victimes, il n'y a eu que des promesses, jusqu'à présent et ‘'on n'arrête pas de les recenser, de leur donner de faux espoirs'', a-t-elle déploré, appelant à la ‘'réparation de ce qui est à réparer'', dans la justice et la vérité.

Soumaila Doumbia, coordonnateur général de la PSCPD, a, lui, salué le ‘'bon choix'' de Mgr Paul Siméon Ahouana, un ‘'homme de Dieu qui a déjà joué beaucoup de rôle dans le processus de réconciliation'' en Côte d'Ivoire.

‘'Pendant la crise postélectorale, il s'est engagé pour protéger les populations de Bouaké. Il a distribué des vivres et a hébergé des victimes venues du Sud du pays'', a fait observer M. Doumbia, indiquant que les victimes attendent beaucoup de la CONARIV pour ‘'la réparation des préjudices''.

Le président Alassane Ouattara a nommé, mardi, à la présidence de la CONARIV Mgr Paul Siméon Ahouana Djro (63 ans), Archevêque métropolitain de Bouaké, précédemment vice-président de la défunte Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), dirigée alors par Charles Konan Banny.

‘'Mgr Ahouana est l'homme de la situation. Avec lui, nous, victimes de la crise, avons bon espoir que tous les torts causés seront réparés afin que le pays retrouve son unité dans la cohésion'', a indiqué, pour sa part, Martial Konan, enseignant, sans opinion.

En décembre dernier, lors de la remise du rapport final de l'ex-CDVR, le président Alassane Ouattara avait annoncé la mise en place en 2015 d'un fonds d'un apport initial de 10 milliards de FCFA pour indemniser les victimes de la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 qui a fait 3000 morts dans le pays.


CK/hs/cat/APA
Commentaires


Comment