Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Gohou et Nastou, en spectacle au Québec !
Publié le lundi 30 mars 2015  |  Autre presse
Michel
© Autre presse par DR
Michel Gohou, artiste comédien
Comment




On aurait dû louer le Métropolis ou le Centre Bell, nous disait furieux un passionné des séries Télévisées " les Guign...ols d’Abidjan“, " Gohou show “, et " Ma famille “, où évoluaient les célèbres comédiens Michel Gohou et Nastou Traoré.
Ce dernier, qui ne pouvait assister par manque de place au spectacle donné au Théâtre Le Château de Montréal, rue Saint Denis, n’en revenait pas d’être ainsi éconduit.
Mais la rage du fanatique, a été bien entendue par les organisateurs de l’événement, les hommes d’affaires, Charly Maiwan et Lance Fofana.
Belote et rebelote, pour le show de Michel Gohou et de Nastou Traoré, au grand plaisir de tous.
Un nouveau rendez-vous a été donné pour le vendredi 3 avril à la même place, dans la même salle et à la même heure.
Une véritable aubaine inattendue, pour les admirateurs autant que pour les producteurs.
Cela, ne pouvait en être autrement. Quant- on sait, que les comiques ivoiriens, avaient drainés un public au dessus même des attentes de leurs promoteurs pour leur prestation du 21 mars.
On se bousculait au portillon, pour ne pas rater un tel événement. Certes Gohou, n’était pas à sa première à Montréal. Il fut invité par la dynamique organisatrice de Miss Burkina, madame Sylvie Guigemdé de l’Agence Fleur d’orchidée en novembre 2012, mais c’est une Première de Gohou et de Nastou au Canada.
Une Première, qui fut autant grande que grandiose.
Le Théâtre Le Château, était plein à craquer. Du jamais vu dans cet espace qui a pourtant reçu plusieurs célébrités.
Le public, avait bravé et affronté le grand froid, afin de venir voir de visu le mythique duo humoristique le plus célèbre de la Côte d’Ivoire. Voire au-delà.
Les sketchs et téléséries produites dans l’Indénié, sont très prisés et suivis dans toute la sphère francophone d’Afrique et de sa diaspora.
Elles traduisent et traitent des réalités, qui sont communes aux africains comme son pendantchez les anglophones avec les séries de Nollywood (Nigéria).
Le Maître de cérémonie, l’infatigable prometteur culturel Bebeto Lonsini, qui n’en ai pas aussi à sa première, soutenu techniquement par le dramaturge Adama Daou, secondé par le chanteur bien connu Tio Koffi Koffiento, savait mettre de l’ambiance dans une salle surchauffée, survoltée et surchargée en bloc.
Une pléiade d’artistes, tenait la salle en haleine, dont la grande conteuse et auteure Gisèle Ndong Biyogo (la grande bantu, NBG), connue pour ses textes d’une intelligence hors du commun dans le milieu du Rire ( une véritable industrie au Québec ), ainsi que de son humour mordant et piquant à la sauce porc-épic. On notait également, la présence de l’étoile montante de la musique congolaise (RDC), la chanteuse Yvonne Ngalula, de Anicet Magrego (Congo-Brazza), ancien vocaliste de la Chorale Cardinal Émile Biayenda, d’Abidjan en Côte- d’Ivoire, de Annie Makwakala, de Mike Solo et du Groupe Cheza.
L’apparition de Gohou, avait rendu la salle hystérique. Habitué déjà à de telles ambiances tout au long de son riche parcours professionnel, l’indéboulonnable comique panafricain avait fait son entrée de façon magistrale et surtout théâtrale. Il a su se montrer généreux envers le public, en descendant du podium afin de créer une relation de proximité avec ses admirateurs.
Cela entraina, une salve d’applaudissement nourrie et un véritable délire.
Nastou, son eternelle complice sur scéne et alter ego de son coté savait marquer son entrée.
Celle, qu’on appelle affectueusement Miss Lolo, de par sa poitrine généreuse, qu’elle savait mettre en exergue, s’imposait par sa posture spartiate et son verbe tranchant.
Ce fut alors un duel conjugal, ou chacun cherchait à conquérir le public selon ses arguments, mais selon aussi ses coups de poing.
C’est l’étalage au grand jour par l’humour et la dérision, de la vie d’un couple africain avec ses hauts et ses bas, et ou l’invective était de mise.
Les positions de karaté et de contorsions, faisaient aussi partie d’une mise en scène minutieusement réussie, que livrait le couple au grand bonheur du public. Il fallait être dans la salle, pour capter et mesurer l’émotion que cela suscitait.
De l’humour cent pour cent café-cacao, ou les expressions du terroir font revivre des souvenirs à plusieurs spectateurs dans une ferveur véritablement festive.
Voir Gohou et Nastou en live, fut un moment véritablement mémorable, pour tous ceux qui ont suivi pendant des années les sketchs télévisés des "Guignols d’Abidjan", de " Gohou show " et de "Ma famille".
Une téléspectatrice ravie, madame Jennifer, nous a fait savoir qu’elle connaissant par cœur la plupart de des sketchs depuis sa tendre enfance en France.
La chanteuse jacmelienne (Haïti ) Daphné Belace, présente aussi au spectacle était du même avis. Celle, qui avait découvert les comiques ivoiriens au Québec, est devenue désormais une passionnée des téléséries ivoiriennes.
Elle n’était d’ailleurs pas la seule. On dirait, que tout le Québec, sans distinction s’était donné rendez vous ce jour au Théâtre Le Château. Des gens, sont venus d’aussi loin que Toronto et Vancouver pour vivre en life le Gohou et Nastou show.
Le spectacle, qui ne devait durer que deux heures, s’était étalé un peu plus, au grand bonheur du public. Une salle archicomble, complètement acquise et véritablement conquise dans une ivresse cannabique.
Il n’en fallait pas plus, pour obliger les organisateurs aussi bien que leurs hôtes, de répondre favorablement à la demande des spectateurs, qui tiennent à la tenue d’une autre représentation.
Cela, afin de permettre à tous ceux qui n’avaient pas eu la chance de se procurer les billets pour le spectacle du 21 mars, ainsi qu’à ceux qui n’ont pu assister à la première par manque de place, d’en profiter. Cela évidemment en bousculant l’agenda des comédiens, qui sont très en demande en Afrique et en Europe. C’est dire, que la Première de Gohou et de Nastou, qui marque aussi la Première du Festival Tropical de la Nuit du Rire, fut un véritable success story.
Une réussite,qui ouvre de nouvelles perspectives prometteuses au Tropical de la Nuit du Rire. Un projet qui a toute sa place et sa raison d’être dans la Métropole québécoise.
Il va s’en dire, que l’industrie du Rire au Québec trop longtemps monocolore et monochrome, s’en portera encore mieux en reflétant désormais le vrai visage de toutes les communautés qui la compose. Un Québec, en somme véritablement inclusif.
M.M.
Commentaires


Comment