Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Résurgence de la violence à l’école: le RDR réclame la dissolution de la Fesci
Publié le jeudi 2 avril 2015  |  Nord-Sud
Grèves
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
Grèves en milieu scolaire: le RDR se prononce sur la situation
Mercredi 1er Avril 2015. Abidjan. Le ministre Joël N’guessan, porte-parole du Rassemblement des républicains de Côte d’Ivoire (RDR), a animé une conférence de presse au siège du parti à la Rue Lepic, Cocody (Abidjan). Joël N’guessan, à travers cette déclaration a attiré l’attention du gouvernement sur les grèves à caractère politique en milieu scolaire.
Comment




Le système éducatif ivoirien connaît des grèves à répétition depuis bientôt un mois. Le Rassemblement des républicains (Rdr) condamne ces mouvements et suggère au gouvernement de mettre fin aux activités de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci).

L’école ivoirienne est confrontée depuis le mois de mars dernier à des mouvements de grève initiés notamment par la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci).

Hier, le Rassemblement des républicains (Rdr) s’est prononcé sur cette situation et demandé aux autorités politiques de dissoudre cette structure. C’était au cours d’un point-presse tenu au siège du Rdr à Cocody. Joël N’Guessan, porte-parole du parti au pouvoir, dit ne pas comprendre que des individus sabotent les efforts du chef de l’Etat et de son gouvernement à redonner à l’école ses lettres de noblesse. « Devant la gravité des faits ayant entraîné des pertes en vies humaines, le Rdr demande au gouvernement de dissoudre la Fesci », a-t-il déclaré. Pour le secrétaire général adjoint chargé de la Communication du parti au pouvoir, le droit à la vie est supérieur au droit à la grève. Poursuivant, il a donc dénoncé le dessein des grévistes. Leurs revendications visent à bloquer le système éducatif, instaurer la violence dans les quartiers, perpétrer des attaques et semer les troubles généralisés dans le pays, selon lui. Cette subversion, a-t-il ajouté, a pour seul but de semer le trouble  à partir du mois de juillet 2015. C’est pourquoi, le Rdr invite le gouvernement à « tirer toutes les conséquences qui s’imposent et d’ouvrir les enquêtes en vue de poursuivre les auteurs des crimes ». L’ex-ministre des Droits de l’Homme soutient que ces manifestations ne revêtent pas un caractère académique mais sont plutôt politiques. «Le Rdr s’étonne de la concomitance de ces mouvements avec des rencontres organisées à l’extérieur du pays par certaines personnalités politiques », a-t-il accusé. Pour rappel, un mouvement d’humeur de la Fesci s’est soldé par l’assassinat d’un élève à Abobo et du décès accidentel d’un autre à San Pedro. En plus de ces morts, le Lycée moderne de Bonon a été saccagé.

Eric Diomandé
Commentaires


Comment