Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Guillaume Soro à la dédicace de l’œuvre de Fatou Kéïta : “Les autorités devraient s’intéresser aux écrivains”
Publié le jeudi 2 avril 2015  |  Nord-Sud
Lancement
© Abidjan.net par Atapointe
Lancement de la caravane nationale Special One en présence du PAN Soro Guillaume
Jeudi 19 Mars 2015. Abidjan. Dans le cadre de la promotion des actions du Président Alassane Ouattara pour sa réélection, la caravane nationale "Special One" a été lancée en présence du Président de l`assemblée nationale Guillaume Soro et d`autres personnalités.
Comment




L’initiation au Tchologo est au centre du dernier livre pour enfant de Fatou Kéïta. Mardi, à la cérémonie de dédicace, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, a pris position pour les écrivains.

L’annonce est solennelle. D’une voix engorgée et posée, Fatou Kéïta, écrivaine, déclare : « j’ai décidé de procéder à une profonde reconversion. J’ai choisi de devenir footballeur professionnel». L’annonce arrache le sourire au public, « une folie rêveuse », qui dénonce le peu d’intérêt accordé à l’activité d’écriture en Côte d’Ivoire, surtout celle destinée aux enfants. Ce mardi à l’Assemblée nationale au Plateau, l’auteure a procédé à la dédicace de son livre : « A l’école du Tchologo », ed. Nei-Ceda, 2014, Collection Cultures d’Afrique ; illustrations, Justin Oussou. Ce, en présence du président de cette institution, Guillaume Soro. Le chef du Parlement, dans sa déclaration, s’est appesanti sur la situation des écrivains ivoiriens. « Je sais bien que le monde du livre a des difficultés. La semaine dernière, j’étais avec le ministre de la Culture qui évoquait tous les obstacles à avoir les ressources nécessaires pour développer des pans des activités de son ministère. C’est vrai que les autorités devraient de plus en plus s’intéresser aux écrivains », a-t-il recommandé. Il a rassuré celle qui est aussi sa collaboratrice et sa « tante », qu’elle est «un Eléphant écrivain ». A cet effet, il lui a réitéré sa disponibilité à l’accompagner. Il a regretté « la fâcheuse » façon de saluer les mérites des « héros nationaux » que lorsqu’ils ne sont plus.

« Cela devrait évoluer pour que nous puissions reconnaître les qualités, les compétences et le mérite de certains d’entre nous », a-t-il plaidé. A Fatou Kéïta, Guillaume Soro a fait cette adresse : « la reconnaissance la plus belle, la plus justifiée viendra de vos lecteurs ». D’où son encouragement à écrire aussi bien pour la Côte d’Ivoire que pour le monde. Pour la petite histoire, c’est en 2013, en mission à Ferké, que l’écrivaine assiste à la sortie de la 19e promotion du Tchologo. Un rite initiatique qui intervient tous les sept ans. Il est ouvert aux jeunes (garçons) forgerons. Un passage à l’âge adulte qui nécessite un séjour de trois dans le bois sacré. C’est convaincue que « les traditions dépeintes dans les livres ne s’éteignent jamais », qu’elle s’est engagée à diminuer « le stéréotype sur la culture africaine ». Cela, dès la tendre enfance. A travers le personnage de Yofolo qui s’inquiète pour son grand frère, Kidou, un tchélé (ndlr : initié du Tchologo), Fatou Kéïta ressort les valeurs humaines de cette initiation.

Sanou A.
Commentaires


Comment