Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Investissements dans le secteur agricole en Côte d’Ivoire et au Maroc: les Premiers ministres Duncan et Benkirane saluent la vision de leurs dirigeants respectifs
Publié le vendredi 3 avril 2015  |  L’intelligent d’Abidjan
SARA
© Abidjan.net par Atapointe
SARA 2015: ouverture des assises sur le bilan du programme national d`investissement agricole sous la présidence du premier ministre
Les Assises du Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales d’Abidjan (SARA) se sont ouvertes en présence MM. Kablan Duncan et Abdelilah Benkirane respectivement premier ministres ivoirien et marocain. La rencontre a vu la participation de plusieurs délégations en provenance de pays étrangers.
Comment




Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan et son homologue du Maroc, Abdelilah Benkirane ont salué le jeudi 2 avril 2015, lors du panel des assises de la 3ème édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales (SARA), la vision de leurs dirigeants, de Félix Houphouët-Boigny à Alassane Ouattara pour la Côte d’Ivoire et de sa Majesté Hassan II au Roi Mohammed VI, pour le Maroc. Depuis les indépendances, la Côte d’Ivoire et le Maroc ont choisi de faire du secteur agricole, une priorité pour leurs économies respectives et cela a été relevé par le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane : «Dès son accession au trône, sa Majesté Hassan II a décidé de faire de l’agriculture une priorité. C’est pourquoi un important programme de construction de barrages a été mis en œuvre et nous avons aujourd’hui 6 millions d’hectares de terres irriguées au Maroc. Nous sommes convaincus que l’agriculture est aussi une priorité pour la Côte d’Ivoire. On ne devrait jamais abandonner l’agriculture. Beaucoup de choses peuvent changer, mais la terre ne change pas. En termes d’investissements, 15% du budget du Maroc sont alloués à l’agriculture pour inciter les acteurs à développer eux-mêmes leur secteur. L’agriculture a besoin de deux choses : l’encadrement et le financement. C’est pourquoi nous avons opté pour l’implication des paysans dans la politique marocaine de développement de l’agriculture». La stratégie adoptée par le Maroc est également celle qui a cours en Côte d’Ivoire, à travers la mise en œuvre du Programme national d’investissement agricole (PNIA) d’un montant 2.040 milliards de FCFA, dont 1.072 milliards ont été mobilisés auprès des partenaires techniques et financiers de la Côte d’Ivoire. «Le président Houphouët-Boigny avait fait de l’agriculture la base du développement de la Côte d’Ivoire. C’est cette politique qui se poursuit avec le Président de la République, Alassane Ouattara», a précisé le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan qui explique la tenue du SARA après plus d’une décennie d’interruption par la volonté manifeste du Président Alassane Ouattara de poursuivre l’œuvre du père-fondateur de la Côte d’Ivoire. Ce salon s’ouvre officiellement aujourd’hui, en présence du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, sous le thème “Promotion de l’investissement agricole durable, avec pour slogan «Le SARA 2015, le rendez-vous de l’Agro-business».

Le bilan du PNIA 2012-2016
Dès sa prise de fonction, le Président Alassane Ouattara a initié une série de réformes dans tous les secteurs d’activités dont l’agriculture. Le succès de la Côte d’Ivoire reposant sur l’agriculture, un programme d’investissement dans le secteur agricole a été élaboré. Dénommé Programme national d’investissement agricole (PNIA), son budget est supporté par le secteur privé à hauteur de 60% et 40% pour l’Etat de Côte d’Ivoire. Dans son exposé de présentation du bilan du PNIA avant le panel des assises du SARA, Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre de l’Agriculture, a indiqué que la mise en œuvre de ce programme a permis d’augmenter les revenus des paysans et la production agricole en Côte d’Ivoire, 1er pays producteur de cacao et de noix de cola.

Olivier Dion
Commentaires


Comment