Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Economie - Attentes de DHL pour l’Afrique : Perspectives pour 2015
Publié le mercredi 8 avril 2015  |  Ivoire-Presse
Photo
© Abidjan.net par D.A
Photo d`illustration : Charles Brewer ,Directeur Général de DHL Express Afrique Sub-saharienne au cours d`une conférence.
Comment




Le 27 mars 2015 : Conformément à la croissance économique prévisionnelle de l’Afrique

subsaharienne (ASS) estimée à 4,9 %1 économies avancées (2,4 %1 année de croissance pour le secteur logistique sur le continent africain. Cette croissance devrait être fortement stimulée par l’augmentation de la demande des consommateurs et par le développement rapide du secteur du commerce électronique.
Telle est la teneur des propos qu’a tenus Charles Brewer, directeur général de DHL Express
Afrique subsaharienne, alors qu’il s’exprimait sur les résultats annuels du groupe Deutsche Post
DHL publiés en mars. Le groupe DPDHL a terminé l’année 2014 avec un chiffre d’affaires de
56,6 milliards d’euros, en hausse de 3,1 % par rapport à 2013. Selon lui, l’intérêt accru qu’a porté l’entreprise au commerce électronique et aux marchés émergents, notamment africains, a permis au groupe de progresser en termes de volume et de chiffre d’affaires en 2014.

Un nouveau rapport publié par yStats.com2, rapport à d’autres régions en matière de développement de l’infrastructure en ligne, les ventes du commerce électronique de détail (B2C) devraient progresser pour se compter en milliards d’euros à deux chiffres au cours des trois prochaines années.

M. Brewer a déclaré que, dans ce contexte, l’un des principaux objectifs de DHL Afrique subsaharienne pour 2015 est de renforcer la connectivité, à la fois sur le continent et à l’échelle
mondiale. Selon lui, cette démarche sera essentielle pour répondre au marché du commerce électronique qui est en plein essor sur le continent et contribuer à dynamiser la croissance.

« Le marché du commerce électronique B2C est en plein essor en Afrique en raison du développement et de l’accessibilité de la technologie sur le continent. Les grandes entreprises ne sont donc plus les seules à avoir besoin d’utiliser des services de logistique et de livraison.
Cela concerne également les consommateurs individuels et les petites entreprises. Notre objectif est de développer les infrastructures nécessaires en Afrique pour rendre le marché mondial plus accessible. Notre stratégie d’expansion agressive nous a permis d’augmenter notre présence sur le marché de détail de 300 à plus de 3 800 points de vente en à peine 3 ans. »

M. Brewer est convaincu que le commerce intra-africain continuera à progresser en 2015 et à améliorer la croissance enregistrée par le groupe en 2014. « Il existe plusieurs zones économiques en plein essor dont l’objectif est de mieux connecter la région. Les progrès récents et rapides enregistrés par la Communauté de l’Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda, Tanzanie, Rwanda et Burundi) illustrent bien cette évolution. Les États membres de la CAE travaillent d’arrache-pied pour développer un certain nombre de zones critiques et de stimulation des échanges, afin par exemple d’améliorer les infrastructures routières, portuaires et ferroviaires, et surtout l’environnement frontalier des douanes. Ces États ont en outre récemment instauré un visa commun pour la région. La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique africaine (CEA) sont d’autres excellents exemples », ajoute Charles Brewer.
M. Brewer renvoie aux statistiques d’International Data Corporation (IDC), qui prévoient un resserrement du commerce intra-africain en 2015, encouragé par des initiatives TIC telles que des systèmes de paiement, des initiatives d’inclusion financière et des paiements transfrontaliers.
« Si les marchés au sein de l’Afrique offrent de nombreuses opportunités, ils représentent également des défis. Le sous-développement des infrastructures, le manque de connectivité aérienne et les incohérences douanières sont autant de problèmes très concrets susceptibles de freiner la croissance sur le continent. Ceci dit, la situation s’améliore, et un nombre croissant de pays reconnaissent qu’il leur faut trouver des moyens de rendre leurs marchés accessibles
et plus ouverts à la réalisation d’affaires commerciales. Nous allons poursuivre notre stratégie d’investissement et d’expansion agressive sur le continent, avec plusieurs améliorations prévues pour 2015, telles que des scanners de smartphones de pointe pour améliorer nos capacités de suivi. »
« Nous sommes fermement convaincus que l’Afrique est l’endroit où il faut être et qu’elle offre des opportunités de croissance infinies. Notre objectif est d’encourager cette croissance grâce à des investissements et des programmes stratégiques pour rendre le marché mondial plus
accessible. Nous nous engageons à connecter l’Afrique au monde et le monde à l’Afrique », conclut M. Brewer.
Commentaires


Comment