Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Samedi dernier à Yopougon/ Odette Lorougnon: «Le régime en place à des ministres violents»
Publié le lundi 13 avril 2015  |  L’Inter
Dialogue
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
Dialogue gouvernement-opposition: le FPI exige la libération de Koua Justin avant la reprise des discussions
Jeudi 27 juin 2013. Abidjan. Le Front populaire ivoirien, au cours d`une conférence de presse fait l`état des lieux de la situation socio-politique en Côte d`Ivoire. Le Fpi exige du gouvernement la libération des prisonniers politiques et la création d’un environnement propice à un dialogue politique crédible. Photo: Marie-Odette Lorougnon, Vice-présidente chargée de la mobilisation.
Comment




Libérée le jeudi 9 avril dernier, après 7 jours de garde à vue à la préfecture de police d'Abidjan, Marie-Odette Lorougnon était l'invitée spéciale de l'Union des nouvelles générations (Ung), samedi dernier à Yopougon, à l'investiture du Bureau exécutif national (Ben) des femmes du parti de Stéphane Kipré.

L'ex-députée d'Attécoubé s'en est ouvertement prise à certains ministres du président Alassane Ouattara, à la tribune de cette cérémonie. «Nous allons demander la démission de Hamed Bakayoko (ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de la sécurité, Ndlr), Coulibaly Gnénéma Mamadou (Garde des sceaux, ministre de la Justice, des droits de l'Homme et des libertés publiques, Ndlr) et Koné Nabagné Bruno (ministre de la Poste et des technologies de l'information et de la communication, porte-parole du gouvernement, Ndlr). Ils sont arrogants, ils brutalisent les autres. Ils sont violents. Ils créent des problèmes au président de la République. Nous n'avons pas besoin de ministres qui oppriment et brutalisent le peuple», a-t-elle déclaré. Selon la cadre du Fpi, les ministres de Ouattara ne sont pas humbles et ridiculisent le peuple.
... suite de l'article sur L’Inter

Commentaires


Comment