Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

MFA: Annaky Kobenan se déclare toujours à la tête du parti
Publié le vendredi 17 avril 2015  |  Partis Politiques
Comment




Le Mouvement des Forces d’Avenir (MFA) est l’un des partis politiques fondateurs et membres de l’Alliance politique du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), conclue à Paris le 18 mai 2005 et rassemblant le PDCI-RDA, le RDR et UDPCI et le MFA. Cette coalition politique est au pouvoir d’Etat depuis 2011, suite à la Présidentielle de novembre 2010 qui a vu l’élection du Dr Alassane Ouattara comme Président de la République de Côte d’Ivoire.

A. Il convient de relever que, depuis cette date, le MFA n’a en rien été associé au pouvoir d’Etat. Aucun Ministre, Ambassade, Conseil d’Administration, ni Direction Générale, etc., n’a été attribué au MFA. Cette situation a perduré jusqu’à ce jour, en dépit des multiples démarches et rencontres avec les Présidents Alassane Ouattara et Konan BEDIE, doyen et Président du Présidium du RHDP. Ces responsables, au plus haut niveau, ont toujours promis de réparer l’injustice faite au MFA et de faire en sorte que tout rentre dans l’ordre le plus vite possible. Mais force a été donné de constater que rien n’a suivi à ce jour. Surtout, il n’a jamais été notifié au MFA et à son Président les raisons de cette discrimination inexplicable entre partenaires et alliés politiques qui ont partagé cinq (5) années d’âpres efforts et de sacrifices communs.

B- le Chef de l’Etat a accordé, le 11 février 2015, au Président et aux Responsables du MFA, une audience au Palais Présidentiel, au cours de laquelle Il a redonné encore officiellement l’assurance que l’allié et partenaire MFA serait rétabli dans ses droits. A cette occasion, le Président de la République a invité le Président ANAKY et le MFA à rendre publique, dans les plus brefs délais, leur adhésion à « l’Appel de Daoukro » du Président BEDIE et à sa candidature unique à l’élection présidentielle 2015, au titre de l’alliance RHDP.

Suite à cela, dans les entretiens entre les deux représentants du Président Ouattara, le Premier Ministre Ahoussou Jeannot et le Ministre d’Etat GON Coulibaly, le Président du MFA a passé des messages clairs :

1. Le MFA est un parti autonome, même s’il appartient à l’Alliance RHDP, et que l’Appel de Daoukro, du Président Bédié, auquel il n’a nullement été associé, et dont il n’a eu connaissance que dans les médias, comme tout le monde, ne saurait l’engager.

2. Le Président du MFA a fait savoir aux collaborateurs du Président Alassane Ouattara que, en ce qui concerne les rapports entre le RHDP et le MFA, il était en droit de se demander s’il était au pouvoir ou dans l’opposition.

Pour lui, il convenait de négocier pour s’entendre sur les conditions de collaboration pour la gestion 2015-2020, avant même d’envisager un quelconque alignement derrière la candidature du Président Alassane Ouattara.

3. Le MFA a fait enfin valoir que pour un parti politique, surtout en devenir, l’élection présidentielle est une occasion unique, une fois tous les cinq (5) ans, de communiquer et échanger avec les populations, afin de tester son implantation et le dynamisme de ses délégations et sections. Ce qui prime par rapport au vote lui-même. Donc, y renoncer est une décision grave qui ne peut être prise que par la base, la grande majorité des militants du parti.

4. Le deuxième Congrès ordinaire du MFA, tenu en février 2014, a décidé que pour la présidentielle de 2015, c’est à la convention du Parti, prévue en avril ou en mai 2015, que le candidat du Parti serait désigné. La direction du MFA a pour obligation d’obéir à ce calendrier.

5. Le MFA, comme parti politique, aurait souhaité qu’avant d’envisager une candidature unique, les partis de l’alliance RHDP se réunissent pour faire le bilan des quatre années de gouvernance Ouattara, par rapport au programme commun de gouvernement convenu en 2010 à Yamoussoukro.





- Des questions telles que l’économie, l’école, la santé, les conditions de vie des populations, surtout les plus démunies, l’emploi, le désarmement, la sécurité, etc., etc., sont essentielles pour les populations et donc devraient faire l’objet d’un bilan par l’Alliance RHDP.
- Le MFA constate que des milliers d’Ivoiriens, notamment les jeunes (plus de 5 millions) sont sans emploi, que la réconciliation piétine et que les conditions de vie de la majorité des populations n’ont pas connu d’amélioration significative ces dernières années, malgré une croissance du PIB de 8-10 %.
- Le MFA souhaite également un échange franc entre les partenaires politiques, sur le niveau de démocratie réelle dans le pays, surtout devant l’évidence que les médias d’état (TV, RADIO) sont au service exclusif du Chef de l’Etat, de son Parti et de ceux qui les célèbrent.
Après ces échanges, et alors qu’il était légitimement et en toute quiétude dans l’attente d’un retour du côté des collaborateurs du Chef de l’Etat, le Président du MFA a assisté a une brusque effervescence au niveau de quelques responsables MFA résidant à Abidjan.

Un mouvement est alors engagé par trois députés et d’autres cadres du parti contre la Direction du MFA. Certains de ces frondeurs qui s’étaient déjà négativement illustrés en participant à des mouvements de soutien à la candidature unique du Président Ouattara (GRACU-ADO, G25, TRIE, MONASCO, etc.), sans l’aval du Parti, se sont engagés dans une démarche visant à exiger du Président du MFA qu’il fasse immédiatement, et sans conditions, une déclaration de soutien à l’appel de Daoukro et à la candidature du Dr Alassane Ouattara. Devant le refus motivé, mais ferme du Président ANAKY, qui les renvoya à la convention du Parti, ils sont passés à une autre vitesse par des actes défiant tout principe démocratique et toute civilité.




1. Invasion du siège du parti pour des meetings, avec des centaines de badauds et inconnus, mais toujours avec le soutien massif des forces de l’ordre (entre 100 et 150 policiers et commandos) à chaque fois, pour leur ouvrir l’accès et sécuriser leur cérémonie. Ils ont également bénéficié d’une large couverture média, et surtout de la Télévision Ivoirienne. Leurs rencontres étaient d’ailleurs ouvertement coordonnées par certains députés RDR bien connus de tous.

2. Le final de toute cette agitation a été la tenue d’un « congrès extraordinaire » du MFA ce dimanche 12 avril 2015, à l’Hôtel du Golf. Les spots télévisés annonçant l’événement avec les couleurs et le logo du Parti ont enfreint la loi.

3. Ce prétendu « congrès extraordinaire » fantoche a vu l’élection de MOUTAYE ANZOUMANA comme président du MFA à 99.99 % par 1880 votants. Ce dernier avait-il compétence ou habilitation à convoquer un congrès extraordinaire pour se faire élire ? NON !

4. Le quorum de signatures des membres des instances, délégations et sections du MFA pour convoquer un congrès extraordinaire ne pouvait en aucun cas être réuni.

5. Ce congrès est surtout fantôme car des journalistes et observateurs indépendants n’ont dénombré qu’environ 150 personnes à l’intérieur de la salle de l’Hôtel du Golf, salle qui ne peut contenir que 250 à 300 personnes ; à l’extérieur de la salle, flânant dans les jardins du golf, il y avait antre 100 et 150 jeunes portants des tee-shirts aux couleurs du parti, qui dansaient et faisaient du show ou de l’animation.




6. Selon les informations que nous avons reçues, il n’y aurait eu au total qu’au maximum 30 vrais responsables ou militants MFA présents à cette manifestation.

D’ailleurs, comment avec 300 personnes ou participants, a-t-on mystérieusement pu avoir 1880 votants ?
CONCLUSION

Le Président du MFA, ANAKY Kobena, son secrétaire Général, Dr. Pascal ANGUI et toute la direction du MFA restent sereins et imperturbables devant cette situation de dissidence au sein du Parti.
Il est cependant de leur devoir, en tant qu’Ivoiriens et Démocrates, d’attirer l’attention des Ivoiriennes et Ivoiriens, de la Communauté Internationale et des partenaires au développement, sur ce qui suit :

1. Il y a, de manière certaine, une dérive totalitaire du régime du Président Alassane Ouattara, qui s’installe peu à peu dans notre pays. Il importe de la dénoncer et la faire corriger dès maintenant, à cinq (5) mois des Présidentielles, car pour s’être exprimés en termes logiques, et comme toute formation politique en démocratie, le Président Alassane Ouattara et le RDR ont décidé de faire disparaitre le MFA originel pour en reconstituer un nouveau à leur totale disposition et à leurs ordres. Si un tel traitement est infligé, de manière aussi brutale, à un parti allié du RHDP, quid des autres formations de l’opposition et de la société civile lorsque l’on arrivera aux élections ?

2. De toute évidence, le Président Alassane Ouattara, a besoin d’un MFA « COLLABO » pour son investiture à la Convention du RHDP prévue le 25 avril 2015. Ceci explique pourquoi il a dit à Abobo, le samedi 11 avril 2015, que du moment où il a le RHDP au grand complet et le Président BEDIE comme soutiens à sa candidature à la présidentielle, il est sûr de l’emporter dès le 1er tour, avec un score très élevé.



3. N’ya t’il pas déjà lieu de craindre pour cette Présidentielle, un « passage en force », sinon même un véritable « hold-up » électoral, dès lors que :

- la commission électorale indépendante (CEI), dans sa composition actuelle, est trop favorable à l’exécutif ;

- il est à déplorer le désarmement non encore effectif des milliers de FRCI ou DOZOS, qui continuent de circuler librement, et tous acquis à la cause du Président Alassane Ouattara.

4. Le vote peut-il être vraiment libre, surtout dans le grand nord et les zones rurales du sud ?

5. Que nous réserve la liste électorale ? Sera-t-il possible de bien l’étudier et « checker » par rapport à l’ajout de personnes non habiletés ?
6. Que réserve également la nouvelle faculté de voter partout sur le territoire national, et non plus dans la circonscription d’inscription ?

Il est temps que les Ivoiriens, mais également la Communauté Internationale, qui se verra obligée de s’impliquer en cas de troubles, de violence, de guérilla ou de guerre civile, s’impliquent totalement dans l’examen de tous les contours des élections ivoiriennes de 2015, afin qu’elles soient libres, transparentes, démocratiques et acceptées par tous.

Le Président



Innocent ANAKY KOBENA
Commentaires


Comment