Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Filière Riz: ‘’AfricaRice’’ signe son retour en Côte d’Ivoire
Publié le jeudi 30 avril 2015  |  Fraternité Matin
Emploi
© Autre presse par FNJ
Emploi Jeunes dans la région du Gbèkè : Le FNJ insère 250 jeunes dans la riziculture
Samedi 25 Octobre 2014. Des jeunes de Bouaké, regroupés au sein de la coopérative dénommée Société-Coopérative Production Rizicole de Bouaké ont bénéficié d’un financement FNJ pour la réalisation d’une unité de production et de transformation du riz
Comment




Délocalisé à Cotonou (Bénin) en 2004, en raison de la crise qu’a connue le pays, AfricaRice (organisation panafricaine de recherche et de développement rizicole) signe son retour en Côte d’Ivoire. L’annonce a été faite par son nouveau directeur général, Dr Harold Roy-Macauley, ce mercredi 29 avril, à Abidjan-Cocody. C’était à l’occasion de la présentation officielle du nouveau siège de ce centre sis non loin de l’Université Félix Houphouët-Boigny.

Selon Dr Roy-Macauley, « le retour du personnel de son siège temporaire de Cotonou (Bénin) se fera de façon progressive jusqu’en 2016. Le centre reprendra ses activités à la station de M’bé, près de Bouaké, où il était par le passé mais l’administration sera installée à Abidjan où se tiendront les réunions du conseil ».

Le directeur général d’AfricaRice a tenu à remercier le gouvernement ivoirien pour avoir mis à la disposition de cette organisation un siège et pris l’engagement d’apporter un soutien financier pour couvrir une partie des coûts du transfert.

Minayaha Siaka Coulibaly, directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, s’est réjoui du retour d’AfricaRice en Côte d’Ivoire. Pour lui, c’est une lueur d’espoir pour les Ivoiriens parce que depuis trois ans, le gouvernement a mis en place la stratégie nationale de la riziculture. Mais l’analyse de la situation de la chaîne des valeurs montre que l’un des goulots d’étranglement, c’est la disponibilité au niveau de la semence de qualité. Alors que l’objectif de l’Etat est d’être autosuffisant en riz à l’horizon 2016 et passant du statut d’importateur à celui d’exportateur en 2018.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment