Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

FPI: Pascal Affi N’Guessan visite le chantier du pont de Béoumi
Publié le jeudi 7 mai 2015  |  APA
FPI:
© Abidjan.net par Ateby
FPI: Cérémonie de passation des charges entre Miaka Ouretto et Affi N`Guessan
Samedi 7 septembre 2013. Abidjan. Le président statutaire du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’guessan a repris les rênes du parti au cours d’une cérémonie de passation des charges avec son intérimaire, Sylvain Miaka Ourétto
Comment




Le président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), Pascal Affi N’Guessan, en partance pour animer un meeting politique à Kondrobo (environ 83 Km à l’Ouest de Bouaké) a marqué un arrêt, mardi, pour visiter le site de construction du pont de Béoumi qui reliera le Centre à l’Ouest ivoirien.

Ce pont en construction sur le fleuve Bandama et dont les travaux ont été lancés par le président ivoirien Alassane Ouattara, lors de sa visite d'Etat dans la région de Gbêkê (Centre-Nord) en novembre 2013, reliera le Centre-Nord aux régions de l'Ouest et du Nord-Ouest de la Côte d'Ivoire.

Ce pont, long de 304 m, sera prolongé de part et d'autre de voies bitumées de Béoumi à Kounahiri. Il est en train d'être construit concomitamment avec un autre pont sur le fleuve Kan, dans le département de Tiébissou, pour un coût global estimé à 16 milliards de FCFA.

"La construction de ce pont constitue pour la ville de Béoumi, un véritable essor pour son développement" a fait observer, Léon Agoh, la vingtaine révolue, usager du fleuve Bandaman.

"Je suis née ici, au bord du Bandama, j'ai appris le travail de piroguier ici" poursuit-il, ajoutant qu'en attendant la livraison du pont, son travail lui rapporte malgré l'existence du bac, environ 2000 à 3000 F CFA par jour. "Quant le bac était en panne, je gagnais entre 5000 et 6000 francs par jour" affirme-t-il.

"Je suis très heureux pour la construction de ce pont parce que cela permettra à Béoumi de se développer", estime le natif de Béoumi, ajoutant que, "d'après mes parents, c'est depuis 40 ans que les populations d'ici rêvaient pour la reconstruction de ce pont".

M. Agoh qui a un champ d'anacarde, compte retourner à la terre dès que la construction du pont s'achève.

CK/ls/AP
Commentaires


Comment