Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Le Député KKB ‘’dénonce’’ l’arrestation des cadres pro-Gbagbo et réclame leur ‘’libération immédiate’’
Publié le jeudi 7 mai 2015  |  APA
Politique/Présidentielle
© Abidjan.net par Atapointe
Politique/Présidentielle 2015: Kouadio Konan Bertin "KKB" annonce sa candidature
Vendredi 05 décembre 2014. Abidjan. L`ex leader de la jeunesse du Parti Démocratique de Côte d`Ivoire et député à l`Assemblée nationale, Kouadio Konan Bertin, KKB a annoncé au cours d`une conférence de presse sa candidature à l`élection présidentielle de 2015.
Comment




Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le Député Bertin Konan Kouadio dit KKB a dénoncé, jeudi, au cours d’une conférence de presse, l’arrestation des anciens ministres Sébastien Dano Djédjé et Hubert Oulaye ainsi que Justin Koua, tous des cadres du Front populaire ivoirien (FPI) le parti de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo, réclamant leur ‘’libération immédiate’’.

« Le lundi 4 mai 2015 dernier, entre 5 heures et 6 heures du matin, les Professeurs Sébastien Dano Djédjé et Oulaye Hubert, M. Koua Justin tous trois cadres du FPI ont été enlevés par des hommes en armes à leurs différents domiciles pour les deux premiers cités, et sur son lieu de travail pour le nommé Koua Justin », rappelle l’honorable KKB.

« Je dénonce ces arrestations de façon la plus ferme possible et je demande leur libération immédiate », a lancé M. Kouadio, appelant les « éclairés du RDR (Rassemblement des républicains, au pouvoir) et partis alliés à se souvenir des épisodes 1998-1999 en exigeant également la mise en liberté des frères incarcérés injustement aux motifs d’incohérence argumentative ».

Par ailleurs, KKB appelle les « démocrates ivoiriens, restons solidaires à toute la famille FPI ».
Pour lui, lui, « la communauté internationale est témoin de la forte implication de l’exécutif dans le fonctionnement des partis politiques ». « Je l’invite, elle aussi, à peser de son poids pour des élections transparentes, justes en renforçant le mandat de l’ONUCI ».

Estimant que les « perquisitions sans mandats sont légion à la gesthapo, comme si nous étions dans un régime d’exception », Bertin Konan Kouadio, constate que les «libertés individuelles n’existent plus».

« Les arrestations et les tortures sont le quotidien de personnes affichant une opposition à M. Ouattara. Les intimidations à grande échelle sont le fait de la peur de l’administration Ouattara d’aller aux élections et de les perdre », explique-t-il, ajoutant que Ouattara se « proclame démocrate mais agit en autocrate ».

Sébastien Djédjé Dano, Hubert Oulaye et Justin Koua, placés sous mandat de dépôt, ont été transférés, mardi, respectivement dans les prisons de Toumodi (Centre), Dabou (Banlieue Ouest d’Abidjan) et Bouaké (Centre-Nord).

Ils ont été interpellés, lundi, pour "troubles à l’ordre public et défiance à l’autorité de l’Etat". Ces trois cadres du FPI, des organisateurs d’un congrès, jeudi dernier, à Mama (Centre-ouest ) village natal de Laurent Gbagbo, sont poursuivis pour "troubles à l’ordre du public et défiance de l’autorité de l’Etat". Ils ont désigné à cette occasion Laurent Gbagbo comme "président" du FPI.

Depuis novembre 2014, deux camps s’affrontent au FPI pour le contrôle du parti. L’un incarné par le président statutaire Pascal Affi N’guessan, reconnu par les autorités ivoiriennes et l’autre conduite par Abou Drahamane Sangaré "interdit d’utiliser le logo, le nom du FPI’’ par une décision de justice.

LS
Commentaires


Comment