Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Ses voies d’accès bitumées en réhabilitation, Gagnoa en passe de retrouver sa place de grand carrefour du Centre-ouest (Analyse)
Publié le lundi 11 mai 2015  |  AIP
Comment




Gagnoa – Avec ses voies d’accès en pleine réhabilitation, la ville de Gagnoa, capitale de la région du Gôh, grand carrefour du centre-ouest, est en passe de retrouver ses lettres de noblesse d’antan, du temps où elle était facilement accéssible par les routes bitumées qui y partent ou y débouchent.

Gagnoa est un grand carrefour relié à d’autres localités du pays notamment la capitale économique, Abidjan, carrefour d’où partent ou y débouchent six routes nationales voire internationales.

La cité du Fromager est reliée par voie bitumée à Abidjan (sud), la capitale économique du pays, par la nationale traversant Lakota, Divo, Tiassalé, N’Douci, et débouchant sur l’échangeur de l’Autoroute du nord au PK 108, puis à partir de N’Douci, en passant par Sikensi et Dabou.
Cette ville est reliée à Yamoussoukro (centre), la capitale politique, par deux routes nationales. La nationale passant par Ouragahio, Bayota, Sinfra, Konanfla, Bazré et Zambakro, mais aussi celle passant par Diégonéfla, Oumé et Kocumbo, cette même nationale débouchant sur l’Autoroute du nord au niveau de l’échangeur de Toumodi au PK 197.

A partir de Gagnoa, il y a la nationale qui passe par Guibéroua, Dignago et traverse Issia pour faire la jonction avec celle venant de Yamoussoukro en passant par Bouaflé jusqu’à Daloa, ou continue, après Issia, à l’ouest montagneux (Man) jusqu’à Odienné (nord-ouest) en passant par Duékoué.

De même, toujours de Gagnoa, il y a aussi la nationale qui la relie à San Pedro et Tabou (sud-ouest) en passant par Soubré (la ville aux barrages hydroélectriques), Méagui et Gabiadji.

Il faut également compter la nationale reliant Gagnoa à la ville de Sassandra (sud-ouest) en passant par Sérihio et Géyo. Le hic de cette voie hautement économique, c’est qu’elle est en terre.

En dehors de cette nationale non bitumée, toutes les autres voies d’accès à Gagnoa, débouchant ou partant de son grand rond point vers le sud, le centre, l’ouest, le nord est et le sud-ouest le sont.

Il ya quelques années ou mois, leur état était déplorable, cahoteux, mais, ces temps-ci, les choses semblent aller pour le mieux. Et pour cause, les axes routiers bitumés Gagnoa-Soubré, Gagnoa-Issia ont été réhabilités. Les gros nids de poules en forme de cratères ont été refermés avec de l’asphalte. Mieux, depuis le 02 mai, la nationale reliant Gagnoa à Abidjan qui a été réhabilitée de N’Douci jusqu’à Divo est en plein chantier au niveau des tronçons Gagnoa-Lakota et Lakota pour faire la jonction à Divo.

Bientôt, les automobilistes et autres usagers de la route n’auront plus qu’un vieux souvenir des routes d’accès à Gagnoa dont l’asphalte était inexistant en divers endroits, les transformant en routes cauchemardesques. Toute chose qui rendait le temps long, trop long même pour rallier par exemple Abidjan en passant par Lakota, Divo, Tiassalé et N’Douci.

En effet, là où il fallait mettre à peine 3 heures pour certains, et 3 heures et demies pour d’autres, c’est près de 5 heures ou six heures que conducteurs de véhicules de transport en commun et de marchandises et passagers mettaient. Ce qui ralentissait de facto les activités économiques et/ou rendait le petit commerce florissant aux endroits où s’arrêtaient les cars de transport en commun pour permettre à leurs passagers de se soulager, quasi inexistant.

Toutefois, pour que tout soit vraiment parfait, il reste à faire la jonction Gagnoa à Sinfra, le tronçon Yamoussoukro-Sinfra ayant été déjà réhabilité pour ce qui est de la nationale reliant le grand carrefour du centre-ouest à la capitale politique et administrative, puis refaire Gagnoa-Oumé-Yamoussoukro.

Cette voie qui a fait l’objet de réhabilitation en 2012-2013 est déjà en piteux état compte tenu du trafic très dense qu’elle a connu dès la fin des travaux, tous les véhicules légers et poids lourds voulant éviter le calvaire entre Divo et N’Douci, préférant passer par Oumé et atteindre l’autoroute du nord à partir de l’échangeur de Toumodi pour rallier Abidjan. Même si le faisant, ils dépensaient un peu plus en carburant, la distance devenant plus longue que par Lakota-Divo.

Les voies routières bitumées, ces routes nationales ou internationales partant ou menant à la capitale de la région du Gôh sont en pleine réhabilitation, certes; mais les nids de poule à peine fermés refont leur apparition. Cependant avec leur réhabilitation tous azimuts, c’est un ouf de soulagement que poussent déjà les populations locales.

(AIP)
ja/ask
Commentaires


Comment