Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Fonction publique /Cissé Bacongo : « Bâtir une administration efficace et moderne en Côte d’Ivoire »
Publié le mardi 12 mai 2015  |  Ministères
Fonction
© Ministères par DR
Fonction publique: deux syndicats reçus par le ministre Bacongo
Mardi 6 janvier 2014. Abidjan. Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Cissé Bacongo a échangé avec le Syndicat National des Assistants Sociaux de Côte d’Ivoire (SYNASCI) et le Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leurs Droits (MIDD).
Comment





En mission de travail en France, le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Ibrahima Cissé Bacongo, a accordé une interview exclusive à Acteurs publics Africa. Salaires et statut des fonctionnaires, gestion informatisée des carrières, référentiel métiers, relance de l'ENA, services en ligne… Le Ministre répond sur tous ces sujets d'actualité dans cette interview diffusée en vidéo sur www.acteurspublics.com.

Le 1er mai, le Chef de l’Etat ivoirien a annoncé ‘’le déblocage des salaires de tous les fonctionnaires ivoiriens’’. Certains agents de l’Etat n’avaient pas été augmentés depuis vingt-sept ans. Est-ce la grogne des fonctionnaires qui a poussé le Gouvernement à concéder cette augmentation ?

Cissé Bacongo : Depuis 27ans, les salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat étaient restés bloqués, en ce sens que les salaires étaient quasiment restés même niveau. Quand bien même les textes indiquent que c’est chaque 2 ans que le salaire doit augmenter et suivre la promotion que connaissent les fonctionnaires. C’est en décembre 2013 que le Président de la République, ayant lui-même fait le constat, a décidé de procéder au déblocage des salaires. Ce sont 103.000 fonctionnaires qui vont voir leur salaire augmenter du fait du déblocage à la fin du mois de mai. Cela n’a absolument rien à avoir avec les mouvements sociaux ou avec quelques revendications que ce soit, ça n’a absolument rien à voir. Pour que la Côte d’Ivoire puisse s’ériger au rang des pays émergents, il lui faut absolument une administration moderne, efficace qu’on appelle ailleurs une administration développementiste, qui contribue effectivement au développement du pays. Aujourd’hui, après toutes les péripéties que la vie politique de notre pays a connues pendant près de 2 décennies, l’administration publique s’est déployée sur l’ensemble du territoire national mais, je dois le confesser, avec des fortunes diverses parce que nous venons très loin. Les besoins sont immenses, les moyens dont dispose l’Etat ne sont pas extensibles à souhait. L’Etat fait donc en sorte de mettre les mêmes conditions de vie et de travail à la disposition des fonctionnaires sur l’ensemble du territoire national.

Où en est le système intégré de gestion des fonctionnaires ?

Cissé Bacongo : Oui le SIGFAE, c’est depuis 1996 qu’il a été conçu, imaginé mais était devenu un véritable serpent de mer qu’on n’arrivait pas vraiment à saisir. Mais Dieu merci, il a pu voir le jour avec l’arrivée du Président Alassane Ouattara au pouvoir. Récemment, nous lui avons donné, j’allais dire, des vertèbres parce qu’il était sans existence juridique. Nous avons présenté un projet de décret qui a été adopté en conseil des ministres qui met en place effectivement ce qu’on appelle le SIGFAE (Le Système Intégré de Gestions des Fonctionnaires et Agents de L’Etat) avec toutes les structures qu’il faut, les missions et attributions, un outil informatisé qui va permettre la gestion informatisée de la carrière des fonctionnaires depuis le recrutement jusqu’à la sortie de carrière. Mais nous allons progressivement vers la gestion de tous les fonctionnaires par le biais du SIGFAE qui va donc produire ce qu’on appelle le FUR (Le Fichier Unique de Référence). C’est-à-dire quand bien même certains fonctionnaires sont régis par des statuts particuliers, il faut que le Ministère de la Fonction Publique connaisse le nombre exact et toutes les informations les concernant depuis le recrutement, les mouvements effectués dans leur carrière, etc. Et le Ministère de la Fonction Publique ne peut avoir toutes ces informations qu’à partir de ce que nous appelons le Fichier Unique de Référence (FUR). Là aussi nous avons mis en place un dispositif par un arrêté signé par le Premier Ministre qui met les organes du FUR en place, qui fait en sorte que tous les ministères impliqués dans la gestion des fonctionnaires, des différents statuts se retrouvent régulièrement pour échanger sur l’évolution des carrières des fonctionnaires.

Etablir un référentiel métier, un autre défi ?

Cissé Bacongo : Nous sommes déjà à la tâche mais j’avoue que le dossier se trouve pour le moment en laboratoire avec les techniciens, dans le même cas que la réforme du statut général de la Fonction Publique. Nous espérons pouvoir régler ces différents problèmes avant le prochain mandat du Président. Si ce n’est pas le cas, au prochain mandat, ou bien c’est nous ou une autre équipe qui s’occupera de la finalisation de ce projet.

Vers une relance des concours de recrutements de fonctionnaires ?

Cissé Bacongo : C’est vrai que l’organisation des concours peut apparaitre comme étant une routine, quelque chose auquel on sacrifie sans planification, à l’aveuglette, on pourrait avoir cette impression. Mais à la faveur donc des derniers concours que nous avons lancés, on peut dire que les choses vont se dérouler désormais autrement parce que ces concours n’ont été lancés qu’après avoir fait le point précis du nombre de fonctionnaires qui existent, du nombre précis de fonctionnaires qui doivent sortir de carrière emploi par emploi. La règle étant désormais que pour recruter un fonctionnaire, il faut qu’il en sorte un. Ce que nous envisageons, que nous avons déjà commencé à pratiquer, c’est le renforcement de l’ENA. Parce que le projet ne concerne pas d’ailleurs les responsables d’un certain niveau, il concerne tout le personnel. Pour moi, quand un usager vient à la fonction publique ou dans un service publique quelconque, que ce soit à l’accueil ou ailleurs, il doit trouver l’accueil qu’il faut.

Concours de l’ENA, un Echec ?

Cissé Bacongo : C’est un signe d’espoir parce que ce qu’on savait de l’ENA, à tort ou à raison, on considérait qu’on pouvait être admis au concours d’entrée à l’ENA sans composer. A l’affichage des résultats, des candidats ont constaté que certains de leurs camarades qui n’avaient pas composé se retrouvaient sur la liste des admis, donc nous n’avons fait tout simplement qu’interpeller la direction pour avoir des explications et certainement prendre des décisions qu’il faut. Mais, l’organisation des concours d’entrée à l’ENA, ce n’est pas l’affaire du Ministère, ça n’a jamais été l’affaire du Ministère, en tout cas en ce qui me concerne ça ne peut pas être mon affaire.

Où en sont les projets de services publics en ligne ?

Cissé Bacongo : Nous sommes, avec le Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, engagés dans un projet que nous avons appelé « E-Démarche Administrative » qui va aboutir à terme, à ce que de n’importe où on se trouve on puisse faire des démarches. Il suffit tout simplement, d’avoir internet et vous pourrez faire toutes vos démarches, inscription aux concours, imprimer des documents etc. Au niveau de la Fonction Publique, nous avons fait le portail et nous travaillons en ce moment avec les autres ministères qui ont désigné des points focaux. Chaque ministère nous a indiqué un point focal qui nous donne toutes les informations, toutes les démarches, demandes de procédures qui sont œuvre dans leur ministère. Par exemple au Ministère de la justice, le point focal nous dira les procédures pour se faire établir un casier judiciaire. Nous mettrons tout cela sur la Plate forme pour que le citoyen qui a besoin d’informations puisse savoir déjà les conditions. A terme, ce citoyen pourra à partir de la plate forme avoir son document, payer le timbre fiscal en ligne, le juge signera le certificat ou le casier judiciaire en ligne et le citoyen va pouvoir imprimer son certificat sans se déplacer.
Commentaires


Comment