Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

L’OFT et le CNF en campagne sur l’axe Abidjan-Ouangolodougou
Publié le vendredi 22 mai 2015  |  Ivoire-Presse
Comment




Eradiquer le racket pour un port compétitif ; telle est l’ambition caressée par monsieur TOURE Abdoulaye, Secrétaire Général de l’Observatoire de la Fluidité des Transports (OFT) et Président du Comité National de Facilitation des Transports et du Transit Inter-Etats (CNF).

Pour traduire cette ambition en actes, le tout nouveau patron de l’OFT ne ménage aucun effort pour attaquer de front le phénomène du racket qui gangrène fort dangereusement l’économie ivoirienne qui, selon une étude de la Banque mondiale réalisée en 2008 provoque une perte sèche de plus 350 milliards par an. Ces chiffrent traduisent éloquemment les nombreuses difficultés rencontrées par les opérateurs des transports sur les voies de communication du pays.

D’où l’engagement de monsieur TOURE Abdoulaye à ne laisser aucun répit aux instigateurs et auteurs de tels actes. C’est pourquoi depuis sa prise de fonction en janvier 2015, il a entrepris une série d’actions matérialisées par trois grandes missions de collecte de données sur les axes Abidjan-Bouna, Abidjan –Ouangolodougou et Abidjan-San-Pédro. Et ce, suite à plusieurs récriminations faites par les acteurs du transport à l’encontre des forces commises au contrôle routier sur ces différentes voies. L’innovation observée pendant ces missions a été l’émission d’une fiche d’identification des auteurs de racket et la présence d’un officier de l’Unité de Lutte contre le Racket (ULCR) dans la délégation.
L’un des chantiers sur lesquels le Secrétaire Général s’est montré encore très actif est la remise en scelle du Comité National de Facilitation (CNF) dont l’une des activités majeures a été l’organisation d’un atelier de sensibilisation à l’amélioration de l’indicateur du temps de séjour des marchandises au Port Autonome d’Abidjan le 1er avril 2015.

C’est sur la mise en œuvre des recommandations dudit atelier que l’Observatoire de la Fluidité des Transports (OFT) et le Comité National de Facilitation des Transports (CNF) ont organisé, du 20 au 23 avril 2015, une Caravane de sensibilisation sur les corridors Abidjan –Ouagadougou et Abidjan-Bamako. Cette caravane a visité les villes de Yamoussoukro, Bouaké, Katiola, Niakara, Korhogo, Ferkessédougou, Ouangolodougou, les localités de Laléraba (frontière Côte d’Ivoire-Burkina Faso) et de Pogo-Zégoua (frontière Côte d’Ivoire-Mali).

Le mode opératoire de la caravane a été partout le même, à savoir l’ écoute des transporteurs et conducteurs, des séances d’analyse et de critique des griefs relevés, la sensibilisation des forces de l’ordre aux barrages autorisés, le contrôle de l’état de la fluidité de la circulation et le démantèlement des barrages non autorisés, la tenue de réunions avec les commandements de région (Gendarmerie, Douane, Police, eaux et forêts, FRCI) en présence du corps préfectoral des localités visitées. Par ailleurs, les transporteurs et conducteurs ont été sensibilisés à la mise à jour des pièces afférentes à leurs véhicules.
A chacune de ces tribunes, monsieur TOURE Abdoulaye a tenu un langage de vérité à ses hôtes. « Le Président de la République et son Gouvernement ont engagé d’importants travaux d’infrastructures pour améliorer les performances du Port Autonome d’Abidjan et offrir aux opérateurs des pays sans façade maritime que sont le Mali, le Burkina Faso et le Niger des services de qualité. Mais la persistance des actes de racket tel que décrié par les acteurs, est de nature à amener ces opérateurs à se détourner de la destination Côte d’Ivoire au profit des autres ports de la sous-région. La conséquence d’une telle situation serait inéluctablement la baisse du trafic au Port d’Abidjan et donc du niveau de l’économie nationale sans oublier leur impact direct sur le coût de la vie » dira-t-il en substance. Aussi, a-t-il encouragé toutes les autorités et les responsables des commandements présents, à tout mettre en œuvre pour faire cesser ces pratiques qui n’honorent ni leur profession, ni la Côte d’Ivoire.

Visiblement heureux de recevoir une telle mission qui vient renforcer leur autorité dans leurs zones de compétence, les responsables administratifs et les différents acteurs rencontrés, ont pris l’engagement de faire respecter les consignes reçues afin que ces phénomènes de barrages illégaux et anarchiques, de racket et de tracasseries routières soient un lointain souvenir sur l’axe routier Abidjan – Ouangolodougou pour le grand bonheur des opérateurs économiques tant ivoiriens que de l’hinterland.
Il est à souligner que cette caravane a réuni au total vingt (20) participants, représentant notamment l’Observatoire de la Fluidité des Transports, l’Etat-major Général des FRCI, le Commandement Supérieur de la Gendarmerie Nationale, la Direction Générale des Eaux et Forêts, l’Unité de Lutte Contre le Racket, l’Office Ivoirien des Chargeurs, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire, la Confédération des Syndicats des Conducteurs Routiers de l’Afrique de l’Ouest.

SERVICE COMMUNICATION
Commentaires


Comment