Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Transport/ Coulibaly Adama, pdt du Groupement des professionnels de taxi-compteurs: «Nous sommes la cible de tracasseries policières»
Publié le vendredi 5 juin 2015  |  Le Sursaut
Comment




Le président du Groupement des professionnels de taxi-compteurs (Gptc), Coulibaly Adama, était face à la presse, hier, à Treichville pour dénoncer les tracasseries policières dont ils seraient victimes de la part de la direction générale des impôts (Dgi). Ce, au sujet du paiement de la deuxième tranche de la patente 2015. « Depuis quelques semaines, les taxis-compteurs sont la cible de tracasseries policières commanditées par la Direction générale des impôts. En effet, prenant prétexte du non-acquittement de la deuxième tranche de la patente, les agents de la police procèdent à la mise en fourrière systématique des taxi-compteurs dans le district d’Abidjan. Et le retrait de ces véhicules est assujetti au paiement d’un droit à la fourrière d’un montant de 22500 Fcfa et de la seconde tranche de la patente qui s’élève à 60 240 Fcfa », a déploré le président du Gptc. Selon lui, il s’agit « d’un abus d’autorité de la Dgi car l’échéance de la deuxième tranche de la patente est fixées au 30 juin 2025 comme indiqué sur le carton de la patente. « Le Gptc, soucieux de la préservation d’un climat de paix et de stabilité dans le pays, en cette période pré-électorale, en appelle aux autorités compétentes, notamment le directeur général des Impôts et le ministre de la Sécurité, afin que cessent ces tracasseries et que soit respectée l’échéance légale pour l’acquittement de la deuxième tranche de patente 2015 », plaide M .Coulibaly. Avant de poursuivre : « Mais si notre voix n’est pas entendue, nous serons obligés d’adopter l’attitude suprême qui est l’arrêt de travail », prévient le propriétaire de taxi. Pour mémoire, le contrôle de la patente dans le district d’Abidjan a débuté, le 21 mai dernier. Il a fallu l’intervention du ministre des Transports, Gaoussou Touré pour libérer les véhicules mis en fourrière et la fin des contrôles. « Nous saluons à cet effet la médiation du ministre Gaoussou Touré qui a permis de libérer les véhicules en fourrière et la fin des tracasseries. C’est dommage que le contrôle revienne, notamment à Yopougon », a ajouté le président du groupement des taxi-compteurs. Son amertume, a-t-il fait savoir, est plus grande, dans la mesure où « pendant qu’on organise cette chasse injuste aux taxi-compteurs, les wôrô-wôrô banalisés ne sont pas inquiétés. Mieux, ils continuent de ravir le marché des taxi-compteurs au vu et au su de la police nationale ». Joint pour en savoir davantage, la Direction générale des impôts, à travers son service de communication, a expliqué qu’elle a publié la semaine dernière des communiqués invitant les propriétaires de ces véhicules de transport à s’acquitter de leur patente. « Vous savez, les transporteurs disent beaucoup de choses sans comprendre. Ce qui est sûr, nous avons publié un communiqué, la semaine dernière, pour leur rappeler le paiement des patentes. Pour les autres aspects, je vous rappellerai », nous a confié au téléphone le responsable de la communication de la Dgi.


A.TRAORE
Commentaires


Comment