Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Interview: Dr Tahirou KONE, enseignant-chercheur en science de l’information et de la communication milite pour des élections sans violence
Publié le mercredi 10 juin 2015  |  Abidjan.net
Dr
© Abidjan.net par D.A
Dr Tahirou KONE, enseignant-chercheur, milite pour des élections sans violence
Mercredi 10 Juin 2015 . Abidjan. Dr Tahirou KONE, enseignant-chercheur en science de l’information et de la communication, par ailleurs président du Club Initiatives revient sur les enjeux de sa traditionnelle activité dénommée, « Les Rencontres des Communicants »
Comment




Le Club Initiatives, regroupant des enseignants-chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, des étudiants en communication et des professionnels de la communication a procédé au lancement de sa traditionnelle activité dénommée, « Les Rencontres des Communicants », le mardi 12 mai dernier à l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication (ISTC). Dr Tahirou KONE, enseignant-chercheur en science de l’information et de la communication, par ailleurs président du Club Initiatives reviens sur les enjeux de cette rencontre et annonce les projets d’avenir du club.

Présentez le club initiative à nos millions d’internautes
Le club initiative est un concept qui est née à partir d’une idée, d’un constat d’un certain nombre de communicants. Pour nous la démocratie se présente comme la négociation et la cohabitation pacifique de points de vue souvent antagonique. Les perspectives de développement du continent africain sont très souvent contrariées par des crises, des violences, et des contestations multiples. Alors il revient aux intellectuels, aux acteurs politiques, aux universitaires et à la société civile d’identifier les différentes questions pertinentes, urgentes et fondamentales que soulève le processus de démocratisation encore fragile dans nos jeunes Etats. Dans cette identification le souci de dégager quelques voies qui pourrait permettre à l’Afrique de surmonter ses handicapes devrait être privilégié. C’est pour quoi, avec des collègues nous nous sommes qu’il fallait s’inscrire dans cette démarche et apporter notre contribution à l’enracinement de la culture démocratique à travers différentes activités.

Quelles sont les motivations des rencontres des communicants que vous aviez organisé récemment ?

Les rencontres des communicants qui ont marqué le lancement officiel des activités du club initiative. A travers cette activité nous avons souhaité réunir autour d’une thématique pertinente des panelistes compétents et un public critique. C’est ainsi que nous avions choisi la thématique communication et élections apaisées en Côte d’Ivoire. Cette thématique est d’une actualité, parce que nous sommes à 5 mois des élections présidentielles en Côte d’Ivoire. Cette première thématique qui a été animée par d’éminentes personnalités à l’occurrence Christiane Penchard, Claude Sai, Nathalie Yamb et Agnes Kraidy. Ces personnalités ont pu échanger avec le public qui était composé de plusieurs étudiants venus de différentes universités.

Quelles sont les perspectives du club initiative ?
Nous entendons de façon périodique réunir autour d’une thématique d’intérêt national et international des personnes ressources avec nos étudiants pour créer les conditions de partage de savoir, d’échanges. Ces actions visent à inculquer à nos étudiants la culture de la démocratie qui consiste à argumenter, à donner son point de vue qui est fondé sur des arguments. Il y aura d’autres activités je vous rassure. Au regard de la forte mobilisation de la première activité nous avions été approché par certains partenaires au développement pour qu’on puisse se réunir incessamment pour approfondir nos réflexions, nos analyses sur la communication et les élections apaisées en Côte d’Ivoire.

Quelles sont les challenges du club initiative ?
Aujourd’hui, les jeunes occupent une place incontournable dans la consolidation de la démocratie en Afrique. L’éducation est le seul moyen de changer les comportements et les modes de vie porte ouverte vers le développement et la démocratie. L’éducation en Afrique à la culture démocratique ne commence pas ex abrupto par le passage dans un isoloir et le dépôt d’un bulletin de vote dans une urne ; elle commence à l’école lentement mais surement, c’est pour quoi le public à travers les rencontres des communicants est essentiellement composé d’étudiants, prioritairement le cœur de cible se sont les étudiants en communication mais de tous les étudiants en général. L’Afrique doit être capable de former des Hommes politiquement conscient des problèmes internes et externes à l’Afrique dans le respect de nos différences. L’apprentissage de la démocratie n’est pas un remède qui agit immédiatement d’où le slogan du club initiative l’Afrique des idées parce que nous avons la ferme conviction que le savoir et les idées sont des moteurs qui stimulent la croissance économique. L’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020 est une émergence qui ne pourrait se faire sans le capital humain bien formé, compétent. La puissance de ce capital intellectuel c’est notre capacité à produire et à reproduire les idées de hautes valeurs. Nous pensons qu’avec le slogan que s’est donné le club initiative, l’apport des autres, nous pouvons apporter notre part à l’édification de cette société. Nos devanciers l’on fait, d’autres continuent de le faire, nous également nous apportons notre pierre à l’édification de cette société moderne et démocratique dont tout un chacun rêve en Côte d’Ivoire.

Quels sont les moyens dont vous disposez pour atteindre vos objectifs ?
Notre principale force, c’est d’abord le capital humain, et avec les Hommes nous avons les idées donc la plus grande richesse dont nous disposons se sont les idées. Avec les idées nous avons l’intime conviction que nous pouvons faire bouger certaines choses, faire avancer certaines lignes.

Que pensez-vous de l’institution de l’ordre de mérite au niveau de la communication ?
C’est avec beaucoup de joie que nous avions appris cette nouvelle. La côte d’Ivoire regorge seulement au plan national de grands communicants et acteurs du monde de la communication. Si le gouvernement se rencontre de toute la force que pourrait apporter la communication pour l’édification d’une société apaisée décide de récompenser ces compétences au niveau de la communication, nous saluons cette initiative. Aujourd’hui nous savons ce que représente la communication pour nos sociétés car la communication dans ses multiples déclinaisons est au cœur de toute activité. Pour nous, il y a des modèles, des références, des valeurs qui mérites d’être célébrer de sorte que le rêve nourrit par nos étudiants les poussent à devenir aussi des modèles pour leur jeune frère.

D.A et C.K
Commentaires


Comment