Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Environnement / Lutte contre le changement climatique et la déforestation: Le Ministre Allah-Kouadio Rémi propose une « agriculture Zéro déforestation »
Publié le vendredi 19 juin 2015  |  Ministères
M.
© Ministères
M. Allah-Kouadio Remi, Ministre de l`environnement et du développement durable.
Comment




En Côte d’Ivoire, malgré l’extraordinaire valeur que représentaient nos forêts, la couverture forestière ne cesse de disparaitre depuis l’indépendance jusqu'à ce jour. Et cela, du fait essentiellement de l’agriculture extensive très dépendante des fonctions de régulation des
forêts. Dans un contexte de changement climatique, une disparition des blocs forestiers
restants risque de compromettre les objectifs de développement actuels et principalement dans
le secteur agricole. C’est dans ce cadre que pour lutter efficacement contre la déforestation et
le changement climatique, le Ministre de l’environnement, de la salubrité urbaine et du
développement durable, Dr ALLAH-KOUADIO propose une « agriculture 0-Déforestation » et
cela, conformément à la volonté du Président de la République de produire du « cacao zéro
déforestation » à partir de 2017. Selon le ministre, «  l’agriculture zéro déforestation » en Côte
d’Ivoire, est une agriculture qui protège les forêts restantes partout où elles se trouvent. « C’est
une agriculture qui contribue à la restauration du couvert forestier. Elle augmente la résistance
des cultures face aux impacts du changement climatique et permet d’améliorer les moyens de
subsistance des populations. C’est un concept qui entend contribuer à atteindre notre objectif
national et réaffirmer par la même occasion la nouvelle loi forestière qui exige une couverture
forestière de 20% », a -t-il soutenu. En effet, « l’agriculture zéro déforestation" est une
agriculture d’avenir sur laquelle d’autres grands pays agricoles s’engagent pour préserver leur
propre patrimoine forestier et répondre à des marchés internationaux de plus en plus exigeants.
A en croire le ministre, 90 % du marché mondial de l’huile de palme s’oriente désormais vers
les approvisionnements « zéro déforestation ». Dr ALLAH-KOUADIO a par ailleurs indiqué que
grâce :à ce système, le Brésil a réduit de plus de 70%, la déforestation durant ces dix dernières
années tout en en augmentant de plus de 20%, sa production de bœuf et de plus de 60%, celle
de soja. C’est pourquoi, il propose d’intensifier la production agricole sur les surfaces actuelles
et d’adopter les pratiques d’exploitation agricole qui réduisent les émissions de gaz à effet de
serre. Au niveau des territoires villageois, Dr ALLAH-KOUADIO conseille de maintenir une
couverture forestière minimum de 20%. En ce qui concerne la production du charbon de bois,
les prélèvements ne doivent plus selon lui, dépasser la capacité de production de ces forêts et
conseille par ailleurs, le reboisement des parcelles de cassia pour la production de charbon de
bois et de bois de feu. Pour la réussite de ce programme, un secrétariat permanent pour la
réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation
forestière (REDD+) a été mis en place. Ce secrétariat entend mettre en place un système
d’incitation pour l’amélioration de la qualité environnementale des territoires. Ainsi, des contrats
de Paiement de Service Environnementaux (PSE) seront signés directement avec les
communautés, les jeunes et les femmes afin de les soutenir dans les activités telles que la
conservation des forêts, le reboisement et l’agriculture durable. Ce qui a pour objet d’augmenter
l’investissement privé dans le développement de moyens de subsistance pour les
communautés dépendantes des forêts. Dr Allah-Kouadio a réussi à mobiliser près de
45 millions de dollars auprès de la Banque mondiale, de l’ONU-REDD+ (FAO, PNUD, PNUE),
du C2D-AFD et de l’Union Européenne. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme,
le ministre insiste sur un véritable partenariat entre le secteur privé, le secteur public et les ONG
afin de répondre au double défi de l’accroissement de la production agricole et de la réduction
de la déforestation.

Notons que cette déclaration se situe dans le cadre de la 21ème édition de la conférence des
parties (CoP 21) de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui
se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris. A cette occasion, les dirigeants du
monde entier se réuniront afin de trouver des solutions à l’épineux problème du changement
climatique dans le monde.
Commentaires


Comment