Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

Sport-Religion/ Mory TOURE: ’’Je demande toujours à Kolo et Yaya de payer la zakat’
Publié le vendredi 26 juin 2015  |  Islam Info
Kolo
© Autre presse par DR
Kolo TOURE , Yaya TOURE et leur père Mory TOURE
Comment




Le milieu du football professionnel est complexe et difficile. Comment peut-on réussir dans un tel environnement et garder intact ses convictions culturelles et religieuses ? Pour comprendre les cas de Kolo et Yaya, Islam Info a rencontré le père des deux célèbres footballeurs ivoiriens. Un père tranquille, pieux, reconnaissant et plein de sagesse. Nous nous invitons à découvrir ce père de famille super exemplaire.

Islam Info : selon vous quelle est la valeur sacré pour éduquer un enfant ?
Mory Toure : Il faut surtout lui dire que seul Dieu est au-dessus de tout. Il faut surtout lui apprendre la crainte de Dieu. Après, viennent certaines valeurs telles que le travail, l’humilité, la gentillesse.

Islam Info : selon vous, quel doit être le rôle de la mère
Mory Toure : C’est d’épauler son mari dans l’éducation des enfants. De leur montrer le bienfait des vertus qui leur sont enseignées et surtout à ne pas inculquer des valeurs autres que celles qui leur sont enseignées par le père. Aussi, à veiller à ne pas contredire le père devant ses enfants et surtout à ne pas extérioriser leurs divergences devant les enfants. Souvent, certains se pose des questions sur la réussite de mes enfants. Je leur dit qu’elle découle aussi de l’obéissance à leur maman, que je respectais énormément. Et il arrivait parfois au réveil que je chauffais de l’eau pour elle le matin, la réveillait pour qu’elle aille se laver. Elle s’en plaignait souvent et estimait que c’était son devoir à elle.
Et donc, il n’y a pas de raison pour que des enfants qui naissent dans ces conditions ne puissent pas connaitre la réussite.

Islam Info : alors que selon les dioulas c’est la femme qui dois se mettre à la disposition de son mari pour que les enfants soient bénis.
Mory Toure : Je dis non et je pense surtout que c’est un raisonnement qui est né de l’orgueil des hommes. Pour moi, pour la bonne harmonie de la famille et pour que les enfants puissent obtenir des bénédictions, il faut qu’entre le père et la mère il y ait un respect mutuel. C’est comme lorsqu’on plante un arbre, il faut l’arroser pour qu’il se développe bien et qu’il vous donne des bons fruits. Partant de ces exemples, moi j’étais à la disposition de ma femme pour lui faire plaisir.

Islam Info : un ancien fonctionnaire avec des enfants milliardaires, quel est votre sentiment aujourd’hui ?
Mory Toure : Mon sentiment est un sentiment de joie. Quand je regarde autour de moi, je dis que Dieu m’aime et il veut que j’aille au paradis. Car lorsque tu as beaucoup d’argent et que tu as su l’utiliser comme il se doit, il t’accorde le paradis. C’est pourquoi, il a fait de mes enfants des milliardaires. J’arrive à satisfaire totalement ou au mieux tous ceux qui viennent me voir pour des soucis. Je me dis que c’est Dieu qui m’en a donné pour que je serve aussi les autres. J’estime que je ne dois pas le garder pour moi seul.

Islam Info : alors que pouvez-vous dire à ceux qui vous admire.
Mory Toure : A ceux-ci, je leur dirai de dire la vérité à leurs enfants, de ne pas les tromper, surtout éviter de leur mentir quel que soit le bonheur que cela pourra leur procurer. Même s’ils ne sont pas contents. Car dans l’avenir, l’enfant se rendra compte que son père lui mentait et il ne sera plus en accord avec celui-ci. Donc autant lui dire la vérité pour qu’il se range. En plus je leur dirai de ne pas maltraiter les enfants et leur mère. Car une mère qui est sans cesse dans la douleur, dans l’angoisse ne pourra pas vous donner de bons enfants. De surtout établir un dialogue dans la famille entre le père, la mère et les enfants.

Islam Info : mais dans tout foyer, il y a des crises entre le père, la mère et les enfants. Vous quelle est votre méthode pour résoudre ce genre de crise ?
Mory Toure : Je laisse exploser ma colère, je crie, je crie et après je me calme pour faire place au dialogue. Nous discutons calmement pour arriver à un compromis. C’est ça ma méthode et surtout qu’on dit que dans la vie, il faut pardonner. Quel que soit ta colère, il faut que celle-ci s’estompe à un moment pour faire place à la discussion. Sans le pardon, on ne peut rien réussir.

Islam Info : est-ce que selon vous l’argent peut tout faire ?
Mory Toure : L’argent hum (il réfléchit), l’argent ne peut pas tout faire. Il faut être humble, gentil avec les gens. Même lorsque vous n’avez pas d’argent à lui donner, il faut savoir lui parler de sorte à ne pas le refouler et a le frustrer. Mais quand vous le refoulez en lui tenant des propos injurieux, cela n’est pas bien du tout. Il faut surtout éviter ça.

Islam Info : selon les psychologues, lorsqu’on rend quelqu’un heureux on est heureux. Qu’en est-il de votre conception ?
Mory Toure : Moi, c’est ma nature. Quand je rends service, je me sens intérieurement ému. C’est la raison pour laquelle souvent, lorsque je rends service a quelqu’un, je me demande après est-ce-que cela pourra combler ses désirs ? Je me dis qu’en donnant il faudrait que cela puisse lui servir de sorte à ne pas l’amener a encore demander. C’est pourquoi souvent je peux donner et après moi-même me retrouver sans vraiment grande chose.

Islam Info : Aujourd’hui quel est le conseil que vous donnez à vos enfants principalement à Kolo et Yaya ?
Mory Toure : Les conseils que je peux leur donner sont entre autres de s’acquitter de la Zakat et de faire du bien aux gens. Je me souviens, il y a une vieille, chaque fois que Kolo partait à sol béni, il s’arrêtait auprès de cette dernière pour attendre le car. Au fil du temps, il a sympathisé avec cette vielle. Un jour de son retour de l’Angleterre, il est allé la voir et lui a remis la somme de 500.000f elle était tellement contente qu’elle ne savait pas quoi faire avec.

Islam Info : lorsque vous regardez certaines rencontres, à l’image du match Liverpool et Manchester City auquel nous avons eu l’occasion d’assister en direct depuis Liverpool, lorsque vous regardez vos deux enfants jouer, qu’est-ce que vous ressentez ? Et quel est l’équipe que vous supportez entre Liverpool et City ?
Mory Toure : A la question de savoir qui je supporte, je réponds que je suis du côté du gagnant. Après le match, j’appelle le vainqueur pour lui dire félicitation et après j’appelle le vaincu pour lui dire de ne pas se décourager et lui dire que la prochaine fois ce sera lui le vainqueur. C’est la vie et qu’il doit l’accepter.

Islam Info : à la fin du match on a vu la belle image de fraternité qu’ils ont montré à la face du monde. Qu’est-ce que cela vous a fait.
Mory Toure : Oui, j’ai moi-même vu cette image ici et ça m’a fait couler des larmes.
J’ai appelé Kolo et je lui ai dit lorsque je vous ai vu vous embrasser ton frère et toi cela m’a fait couler des larmes et il m’a dit : hé papa tu as pleuré ? J’ai dit oui mon fils.

Islam Info : nous étions au stade lorsque Kolo faisait son entrée et on a vu le stade sans distinction d’équipe se lever et l’acclamer comme pour rendre un vibrant hommage à une icône du foot. Comment vous expliquez cela ?
Mory Toure : Moi, j’explique ça par les prières, car chaque fois, tard dans la nuit (3H), je me réveille pour faire des prières et c’est aussi le moment pour moi de demander au bon Dieu de faire de mes enfants une réussite. De leur accorder de la popularité et de faire d’eux des références mondiales. Il faut toujours prier pour les enfants. Il ne faut surtout jamais les laisser. Vous avez dû le remarquer quand on parle des académiciens, mes enfants ont presqu’un parcours sans faute. Cette CAN est celle des académiciens, je leur ai dit de donner le brassard à mon fils et qu’il allait nous ramener la coupe car je connais mon fils.
Après des gens sont venus me voir pour me demander comment je pouvais le savoir en avance ? Je leur ai dit que mon fils Yaya est un battant.

Islam Info : aussi à Liverpool, Kolo nous a parlé de Ibrahim leur frère qui est décédé et qui était aussi un grand footballeur est-ce que vous pouvez nous parler de lui ?
Mory Toure : En fait, Ibrahim n’avait de souci que pour moi. Il me disait tout le temps, papa il faut tenir hein tiens bon, ne meurt pas vite, lorsque je vais jouer dans de grands clubs, je vais te donner beaucoup d’argent et t’acheter tout ce que tu voudras. En tant qu’enfant voilà ce qu’il ne cessait de me dire. J’étais vraiment son souci majeur. Il m’aimait beaucoup, mais Dieu a voulu que ce soit ainsi. Puisse-t-il l’accueillir dans le paradis.

Islam Info : pour terminer est ce que vous avez des anecdotes de vos enfants que vous pouvez nous raconter, que ce soit au foot ou au plan de la religion ?
Mory Toure : "Il cherche…" ce que je peux dire est qu’un jour je faisais des palabres a l’un de leurs grand frère qui n’était pas correcte sur le plan de la religion et Kolo lui disait comme ça : ‘’tu vois tu es grand comme ça et puis tu ne cherches pas à ranger ta vie. Tu penses que se chamailler tout le temps avec papa, c’est ça qui fait de toi un homme ? Tu ne cherches même pas à réussir’’. Et il n’avait que dix ans quand il tenait ses propos. Après son frère a voulu lui porter main et je lui ai dit que s’il le touchait, j’allais le déchirer avec un couteau. ‘’Tu n’as pas honte ? Tu as en face de toi un enfant de dix ans qui te donne des leçons’’. Pour Yaya, comme je l’ai dit, il vise toujours à être le meilleur dans le domaine dans lequel il évolue. Un jour je ne sais pas avec les conseils de qui il est allé faire du karaté. Une semaine après il était sélectionné par le maitre karateka pour aller faire une compétition au Kenya. Tellement qu’il assimilait rapidement les choses. Et il est venu me voir pour me dire qu’il devait partir au Kenya. Je lui ai dit tu ne bouges pas. Faudrait pas qu’ils aillent te blesser là-bas et il est resté.
Commentaires


Comment