Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Il n’y a pas de menace « réelle et visible» du terrorisme en Côte d’Ivoire (Gouvernement)
Publié le mercredi 8 juillet 2015  |  APA
Conseil
© Présidence par DR
Conseil des Ministres à Odienné
Mercredi 20 mai 2015 . Odienné .Le Conseil des Ministres s`est tenu à la Préfecture d`Odienné, sous la Présidence du Chef de l`Etat, SEM Alassane OUATTARA, dans le cadre de sa visite d`Etat dans les Régions du Kabadougou et du Folon.
Comment




Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le gouvernement ivoirien a rassuré, mercredi, à Abidjan les populations qu’il n’y a pas de « menaces réelles et visibles » du terrorisme dans le pays, mais, des « précautions sont prises pour prévenir toute menace ».

« Cette menace n’est pas une menace classique, ce n’est pas un problème de sécurité tel que nos pays ont eu à le vivre jusqu’à maintenant, ce n’est pas un problème entre pays, ni un litige frontalier », a expliqué le porte-parole du gouvernement Bruno Nabagné Koné, à l’issue d’un Conseil des ministres, présidé par le Président Alassane Ouattara.

« Ici, d’autres mesures sont mises en œuvre notamment, le renseignement. Nous avons renforcé la présence des militaires aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays et en particulier à certaines frontières de notre pays sujettes à des menaces que d’autres », a-t-il ajouté, rassurant, «les ivoiriens sur la base de ce que nous disent les services en charges de la sécurité et de la défense, qu’il n’y a pas de menaces réelles, visibles à ce jour sur le territoire ivoirien ».

Mais, a-t-il précisé, « en même temps des précautions sont prises pour qu’éventuellement, au cas échéant, nous puissions réagir efficacement si une telle menace se présentait ». M. Koné a par ailleurs demandé à ses compatriotes de faire « confiance au gouvernement et surtout au Conseil national de sécurité qui travaillent de façon rigoureuse ».

La semaine dernière, le groupe jihadiste Ansar Dine a nié dans un communiqué avoir menacé la Mauritanie et la Côte d’Ivoire tel que l’ont “diffusé récemment certains médias”.

Le texte a par ailleurs rappelé qu’Ansar Dine a mené un certain nombre d’opérations dans plusieurs régions du Mali au cours de l’année 2015 contre l’Armée malienne et les forces internationales. Ces opérations ont été effectuées par les « Bataillons Macina » et le « Bataillon Khalid Ibn Al Walid », relevant du groupe, et ce « dans le cadre où notre guerre continue contre les Croisés et leurs supplétifs ».

Le groupe jihadiste a reconnu avoir perdu 7 éléments pendant son assaut contre la ville malienne de Nara, près de la frontière mauritanienne, le 27 juin dernier, même s’il avait « entièrement occupé » la ville et bénéficié d’un « gros butin ».

Ansar Dine avait été créé début 2012 par le leader touareg Iyad Ag Ghali et a pu occuper une grande partie du nord Malien dont la ville de Kidal avant d’en être chassé, une année plus tard, par une intervention internationale menée par la France et baptisée «Opération Serval ».

LS/APA
Commentaires


Comment